• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Sujets sérieux n'ayant pas leur place ailleurs.

Modérateur: CA FFJDR

Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Messagepar Morgan Kane » 07 Jan 2018 12:40

Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Quand j’étais gamin et adolescent, on ne lisais pat Hara Kiri à la maison, je regardais les couvertures et souriait. Je lisais chaque semaine le Pilote de la grande époque et le grand Duduche, de Cabu, était une de mes pages préférées.

Etudiant, à Nanterre, dans les années 1970, je lisais Charlie Hebdo occasionnellement, sans plus. Puis le journal a disparu. Un peu après sa reparution, en 1992, j’ai décidé de l’acheter, un peu par nostalgie, pour voir, pour le soutenir. J’ai découvert un journal intelligent, drôle, intéressant et plein d’idées avec lesquelles je me sentais largement en accord.

Si j’avais du mal à lire certaines chroniques de Cavanna ou de Luce Lapin, j’étais passionné par d’autres, notamment celles de Bernard Maris ou les chroniques scientifiques et écologiques. Les désaccords entre les différents chroniqueurs ne me dérangeaient pas, au contraire.

Dans les années 2000, j’ai cessé de lire le Monde diplomatique, parce que je lui reprochais trop de complaisance envers les islamistes, au nom d’un combat tiers-mondiste que je jugeais dévoyé. Au contraire, la position de Charlie Hebdo, sans complaisance envers le racisme, ni envers l’islamisme me convenait.

La relation n’a pourtant pas été sans nuages et, par exemple, même si je reconnaissais que Siné avait été maladroit, son éviction du journal m’avait paru exagérée. En fait, j’ai failli arrêté de lire le journal au moment du référendum sur la constitution européenne. Non à cause des positions d’un tel ou d’un tel, le sujet méritant un débat sérieux, mais à cause du ton des éditoriaux injurieux de Philippe Val, celui postérieur au référendum constituant la cerise sur le gâteau.

Incidemment, j’avais lu le traité ligne à ligne et j’avais rédigé un texte à la fin duquel je concluais que, bien que pro-européen, je devais voter non. Mon plus gros reproche au traité était qu’il était profondément anti-démocratique, dans la mesure où, au lieu de définir un cadre institutionnel, il définissait des politiques qui, soustraites au débat démocratique, devenaient impératives.

Les réactions à la publication des caricatures de Mahomet ne m’a pas surpris. J’étais 100 % du coté du journal. D’une part, parce que je considérais que ces caricatures constituaient non une attaque raciste contre les musulmans, mais une charge contre les islamistes, d’autre part, parce que la liberté d’expression me semblait devoir être défendue.

A cette occasion, j’ai mesuré le fossé qui pouvait séparer français et américains. Présent, ainsi que d’autres français, sur un forum international, j’ai dû leur expliquer que Charlie Hebdo n’était pas raciste et pourquoi, et que se moquer d’extrémistes religieux ou d’une religion n’était pas du racisme. Il a fallu également préciser que Charlie hebdo s’en prenait à toutes les religions, sans que celles-ci constituent pour lui une obsession.

Les attentats du 7 janvier 2015 ont constitué un choc. La mort de personnes que j’admirais et auxquelles j’étais attaché, la violation de valeurs fondamentales m’a mis en colère.

J’ai pu mesurer le soir même l’ambiguïté du mort d’ordre « Je suis Charlie ! » en voyant de jeunes nationalistes corses, dont je connaissais la xénophobie et l’attachement identitaire à la religion, proclamer qu’ils étaient Charlie. Je me suis quand même senti Charlie.

Aujourd’hui encore, je me sens Charlie. Je me sens Charlie parce que je suis attaché à la liberté d’expression, tant qu’elle n’est pas utilisé pour diffamer, pour appeler à la discrimination., pour injurier des groupes, parce que je refuse la réinstauration du délit de blasphème.

J’ai continué à lire régulièrement Charlie Hebdo et ces derniers mois, globalement, j’ai apprécié la qualité du journal.

Le numéro du 3 janvier 2018, dans lequel l’équipe de Charlie Hebdo raconte ses conditions de vie de de travail m’amène à rédiger ce papier. Je savais qu’elle rencontrait des difficultés, mais je n’en avais pas mesuré l’importance, les conséquences et le coût.

Je suis scandalisé que l’Etat ne participe pas à la prise en charge financière du coût des dépenses générées par le dispositif de protection des locaux, soit annuellement entre 800 000 et 1 M d’euros, sauf erreur de ma part.

J’ai été très intéressé par l’interview de Mme Karima Bennoune, laïque d’origine algérienne, qui défend le droit aux personnes d’origine musulmane d’être athées, ou même laïque. Sa critique des essentialismes de droite comme de gauche, des racismes de droite et de gauche, ces derniers refusant de fait la laïcité dans les pays musulmans, m’a intéressée.

En fait, ce numéro m’a fait prendre conscience qu’aujourd’hui, peut être plus qu’hier, il fallait être Charlie.
Smouales étaient les borogoves
Avatar de l’utilisateur
Morgan Kane
 
Messages: 474
Inscrit le: 28 Juin 2005 17:30
Localisation: Lyon

Re: Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Messagepar lupin » 07 Jan 2018 20:27

Bonjour,
merci Morgan Kane pour ton billet. :)
Pour rebondir, une émission fort intéressante sur France Inter se déroulait aujourd'hui sur le sujet.

On y argumentait entre autres que cet attentat risquait d'avoir pour effet que des journalistes ne prendraient plus que difficilement le risque de caricaturer Mahomet... Il évoque aussi la façon dont vit la rédaction de Charlie Hebdo dont tu te fais l'écho.
C'est ici si ça vous intéresse : https://www.franceinter.fr/emissions/le ... nvier-2018
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2147
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Messagepar Yahorlino » 20 Jan 2018 11:15

Merci à Morgan Kane pour avoir lancé ce sujet.
Indépendamment des faits réels que tu relates (les problèmes de Charlie Hebdo), c'est la question de la liberté d'expression qui me tient le plus à cœur. Et plus précisément, la liberté d'expression dans le Jeu de Rôle.
Pour moi, la liberté d'expression ne peut-être limitée que par le respect de l'Autre (et de Soi). Toute la question est là.
Le Jeu de Rôle devient, petit à petit, un média. Des idées circulent, s'échangent, des situations s'explorent... Les personnes autour de la table ont des vécus différents, des personnalités plus ou moins construites (et donc fragiles). Les scenarii et campagnes deviennent des supports de réflexion sur des questions comme le racisme, le sexisme et autres mots en "isme".

Des jeux de rôle, que j'appelle "polémiques", surfent sur des sujets sulfureux, jouissent de techniques commerciales racoleuses... Le procédé n'est pas nouveau mais je m'interroge sur la portée de tels agissements.

Le Jeu de Rôle peut être un outil puissant pour faire évoluer les mentalités. Cela dit, les conséquences sont directement liées aux intentions de celui qui manipule le dit "outil puissant". Il convient donc d'être vigilant à ce propos. ;)
Avatar de l’utilisateur
Yahorlino
 
Messages: 178
Inscrit le: 13 Mai 2016 15:06
Localisation: Chazey Bons (01)

Re: Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Messagepar DIDIER 2 » 23 Jan 2018 19:28

Yahorlino a écrit:Le Jeu de Rôle devient, petit à petit, un média. Des idées circulent, s'échangent, des situations s'explorent... Les personnes autour de la table ont des vécus différents, des personnalités plus ou moins construites (et donc fragiles). Les scenarii et campagnes deviennent des supports de réflexion sur des questions comme le racisme, le sexisme et autres mots en "isme".

Des jeux de rôle, que j'appelle "polémiques", surfent sur des sujets sulfureux, jouissent de techniques commerciales racoleuses... Le procédé n'est pas nouveau mais je m'interroge sur la portée de tels agissements.

Le Jeu de Rôle peut être un outil puissant pour faire évoluer les mentalités. Cela dit, les conséquences sont directement liées aux intentions de celui qui manipule le dit "outil puissant". Il convient donc d'être vigilant à ce propos. ;)


Des combo circulent, s'échangent, les donjons et le Reik s'explorent... Le jdr est un jeu de société et n'a pas vocation à être un outil de propagande comme tu l'appelles de tes voeux. Encore cette maladie "gauchisante" de vouloir convertir les autres à ton idéologie via tous les supports possibles. C'est à ça que l'on vous reconnaît, entre autres.
Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

[b]Arthur Schopenhauer[/b].
DIDIER 2
 
Messages: 296
Inscrit le: 02 Sep 2009 23:28

Re: Pourquoi je suis Charlie, ou mon histoire avec Charlie :

Messagepar lupin » 24 Jan 2018 00:06

DIDIER 2 a écrit:Des combo circulent, s'échangent, les donjons et le Reik s'explorent... Le jdr est un jeu de société et n'a pas vocation à être un outil de propagande comme tu l'appelles de tes voeux.

Le livre peut servir à faire du roman rose comme des manifestes politiques, l'outil s'émancipe de l'usage imaginé par ses créateurs. Je crains que quelque soit l'objectif initial des créateurs, rien n'empêchera des joueurs de façonner le JdR à leur envi.

DIDIER 2 a écrit:Encore cette maladie "gauchisante" de vouloir convertir les autres à ton idéologie via tous les supports possibles. C'est à ça que l'on vous reconnaît, entre autres.

Par contre, si on peut éviter les attaques ad hominem, politiques et complotistes, ce serait vraiment sympa.
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2147
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris


Retour vers La grande causerie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron