• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Films sur le jeu de rôle ludique

Tout ce qui touche au microcosme du jeu de rôle.

Modérateur: Asmis

Films sur le jeu de rôle ludique

Messagepar Mespheber » 20 Sep 2014 05:00

FICTIONS SUR LE JEU DE RÔLES LUDIQUE:

Qui ne s'est pas dit "Ah! S'il y avait un film qui retranscrirait la fièvre et le délire d'une partie!"? On en a rêvé,des geeks américains l'ont fait avec la trilogie de The Gamers sortis successivement en 2002, 2008 et 2011.

  • Le premier opus "The Gamers", évoque une aventure du type PMT telle qu'elle est imaginée par ses joueurs, mettant en abîme les absurdités d'un système qui ne reproduit jamais la réalité. 45 minutes environ, tourné avec un vieux caméscope (on n'est pas encore à l'époque de la HD) mais l'engagement des acteurs et la vraisemblance des situations (de notre point de vue) rend le film inoubliable.
  • Second volet "The Gamers: Dorkness Rising" reprend la recette du premier avec d'autres éléments: l'intégration de joueurs débutants et la problématique de l'auteur face à la page blanche. Une meilleure production et 1h45 de délires.
  • La dernière partie, "The Gamers: Hands of Fate" sortie en 2013, nous fait cette fois entrer dans l'imaginaire des joueurs de cartes et découvrir en quoi il s'apparente au JdR. Le rapport du joueur aux personnages est à nouveau évoqué dans des mises en images de JdRL mais sur une campagne qui a du mal à continuer: les joueurs ne se voient qu'une fois par an, du coup on voit leurs avatars en stand by...) ainsi que sur une mise en abîme des persos de jeux de cartes qui deviennent conscients de leur propre existence et du caractère répétitif de leurs quêtes. Il y a des références directes et indirectes à Matrix avec quand même beaucoup plus de légèreté dans cette approche humoristique du mythe de Sisyphe. Il y est également question de la Gencon et... Bref.

Tout cela pour vous inviter à découvrir ces films, disponibles sur leur site, qui dans mon cas m'a permis de constater que le JdR est une véritable culture puisqu'elle définit des codes de communication et des références qui transcendent les frontières.

Zero Charisma, de Katie Graham & Andrew Matthews, sorti en 2013
Pitch: l'autorité d'un MJ sus ses amis est remise en question par l'arrivée d'un nouveau joueur.
Un film qui intéressera les joueurs comme les profanes puisque l'intrigue tourne essentiellement autour des problèmes de socialisation d'un individu où le jeu de rôle n'est finalement qu'un contexte et non une cause ou une conséquence. La performance de Sam Eidson dans le rôle principal est tout simplement éblouissante!

Mazes & Monsters (Steven hilliard Stern, 1982)
Téléfilm inspiré d'un fait divers qui avait défrayé les chroniques aux USA en 79 et contribué à donner mauvaise réputation au JdRL, le film a pour seul mérite de rétablir la justice et de souligner la fragilité préexistantes des "victimes" de ce loisir (schizophrénie dans le cas présent). On appréciera la présence de Tom Hanks dans un de ses premiers rôles mais par contre ça a bien vieilli tant dans la mise en scène que la musique, etc.

GamerZ (Robbie Fraser, 2005)
Avec un "z" parce que c'est comme ça qu'on dit en Écosse. Le pitch: Ralph est un étudiant à l'imagination débordante et rejoint un groupe de joueurs sur son campus. Après avoir rapidement pris l'ascendant sur l'ancien MJ, il emmène les joueurs dans son imaginaire. En fait, l'histoire est assez banale, mais la qualité du film réside dans la valeur qu'il donne au jeu comme créateur de liens sociaux entre différents personnages qui ne se côtoieraient probablement pas autrement et leur permet de dépasser leurs antagonismes. Il pose aussi la question de savoir s'il est toujours pertinent d'amener sur la table ce qu'on vit au réel. Très sympa!

Tom et ses Chums, saison 1, épisode 8: La Bataille de Farador (Édouard A. Tremblay, 2005)
Pitch: Charles invite Tom, qu'il n'a pas vu depuis le Bac, à venir faire une partie de D&d "old school" avec Guillaume et Louis, deux autres anciens camarades. Heureux à l'idée de retrouver ses potes, Tom se dépêche avec deux heures de retard...
On est ici sur du format très court (moins de 12'), mais il convenait de citer ce film devenu un classique dans la communauté des deux côtés de l'Atlantique. On est ici sur du dense, de l'excès mais le format oblige d'aller à l'essentiel et rappelle que ce n'est qu'un jeu! À découvrir également les autres épisodes de la série, pas toujours de ce niveau mais assez sympas. ;)

Astrópia (Gunnar B. Gudmundsson, 2007)
Quand le mari d'Hildur est envoyé en prison (on ne saura jamais trop pourquoi et on s'en fout), elle trouve un boulot dans la boutique des nerds et se retrouve bombardé au rayon jeux de rôles dont elle ne connaît rien.
Film islandais qui bénéficie des paysages régionaux majestueux et propose un regard frais, presque innocent sur les jeux de rôles mais également les nerds, n'hésitant pas à critiquer les comportements pleins de bonnes intentions de certains. La production est pauvre, mais on sent que l'équipe y a mis tout son cœur. À noter la définition lancée par Hildur à un client venu se renseigner "le jeu de rôle, c'est comme un rêve éveillé mais avec des règles". Ça se regarde. 8)

FICTIONS ÉVOQUANT LE JEU DE RÔLES LUDIQUE

The IT Crowd, saison 4, épisode 1 (Jen the Fredo): Moss initie des patrons machos et bourrins aux joies du jeu de rôle et aide son pote à se guérir d'une relation amoureuse qui s'est mal terminée. La série dans son ensemble est une glorification des nerds, largement supérieure dans son écriture et son interprétation à The Big Bang Theory et donne ici une approche positive de ce loisir. À découvrir d'urgence, on devient vite accro!

The Sarah Silverman Program (Saison 2, épisode 1): Bored of The Rings
Pitch: Tandis que Sarah rejoint un groupe pro-vie parce qu'on lui a dit qu'on tuait des bébés dans les cliniques (sans faire le rapport avec l'avortement), Brian reçoit ses amis pour une partie de D&D.
Alors, comment dire? Cette série est géniale si on aime l'humour décalé, parfois agressif. Ici, le jeu de rôle n'est qu'un élément associé à la vie de deux geeks homosexuels. On y pose quand même la question de savoir si le JdRL a une fonction préparatoire à affronter des situations du réel. La réponse est... piquante? ;)

iZombie, saison 3, épisode 9: "Twenty-Sided Die"
Une série qui mélange intrigue policière, comédie sitcom et apocalypse zombie depuis trois ans. Dans cet univers, les humains sont contaminés par un virus qui leur donne envie de bouffer des cerveaux grâce auxquels ils ne se décomposent pas et gardent leur humanité. Seul souci: ils en absorbent une partie des souvenirs et la personnalité du défunt ainsi consommé. C'est ainsi qu'Olivia Moore, médecin légiste, assiste un détective dans des enquêtes meurtrières.
Dans cet épisode, un DM meurt empoisonné au cours d'une partie. Les joueurs sont évidemment suspectés, d'autant que les personnages qu'ils incarnaient depuis près de vingt ans venaient de connaître une fin tragique et collective la semaine dernière.
Un bel hommage à notre loisir et une illustration positive de celui-ci.

Stranger Things
Une série référencée aux années 80, à la croisée des films de Carpenter et des livres de Stephen King où les jeux de rôles ludiques ont une place centrale puisqu'ils sont l'élément moteur qui rassemble les protagonistes et leur permet d'appréhender avec plus de facilité les manifestations paranormales et qu'ils y puisent également un courage qui frise souvent la témérité. Dans le paysage audiovisuel, un incontournable et un chef d'œuvre!

Freaks & Geeks, Saison 1 épisode 18: Discos & Dragons
Dans cette série qui évoque les tribulations de lycéens américains en 1980, Dany, un des "sauvageons", est sanctionné pour son comportement et doit consacrer du temps avec les geeks qui entretiennent le matériel audiovisuel du bahut. Comme il n'est pas si méchant que ça, ils finissent par lui proposer une partie de D&D à laquelle il accepte de participer et devient Carlos le Nain le temps d'une partie.
En plus de faire découvrir une palette de bons acteurs à leurs débuts (James Franco, Seth Rogen, Linda Cardellini), cet épisode donne une vision positive du jeu de rôle comme élément de sociabilisation en inversant la donne puisque ce sont ici des geeks qui ouvrent leur cercle à un joueur que manifestement tout opposerait à ce loisir.
J'ai personnellement apprécié cette série qui n'a eu qu'une seule saison, sans doute difficilement concurrentielle de Buffy ou Malcolm qui, à la même époque, proposait une vision moins idéalisée de l'Amérique. On est plus proche de l'esprit "Happy Days", mais ça fait du bien de temps en temps. :)

E.T. l'Extraterrestre (Steven Spielberg, 1982)
Au début du film, on voit le frère d'Eliott jouer à D&D. Hormis cette séquence, pas grand chose, mais quand même: on constate que ce jeu y est considéré comme n'importe quel autre jeu de société...

Les Griffes de la Nuit 3: Les Guerriers du Rêve (Chuck Russell, 1987)
L'un des adolescents est un DM et anime des parties à l'hôpital. Son avatar lui servira pour tenter de combattre Freddy Krueger dans un de ses cauchemars. Une des autres patientes tentera également cette stratégie. Pour voir le résultat, allez voir le film! ;)
À noter, un des premiers rôles de Patricia Arquette.

FICTIONS SUR LE GRANDEUR NATURE:

Knights of Badassdom (Joe Lynch, 2013)
Le Pitch: Joe, qui vient de se faire plaquer par sa copine, est emmené par ses potes au grand rendez-vous GNiste pour lui changer les idées (et aussi parce que son perso est nécessaire pour compléter le groupe). Manque de pot, le sorcier du groupe a acheté un vrai grimoire sur Ebay et invoque par conséquent une vraie succube qui va semer la pagaille pour peu dire.
Je m'attendais à beaucoup: bon casting (Ryan Kwanten, Peter Dinklage, Summer Glau), un trailer aguichant. Mais soyons clair, il s'agit avant tout d'un divertissement, ce qui, quelque part est rassurant puisqu'il signifie peut-être que les américains ont assimilé la culture D&D comme une norme sociale. Cela dit quelques points critiques intéressants puisqu'au regard de l'histoire ils mettent en abîme tous les préjugés connus et répertoriés sur un loisir finalement bien innocent et en fait présenté comme tel: costumes qui mélangent éléments médiévaux et baskets neuves, armes en latex et téléphones cellulaires. On y trouve quand même quelque séquence informative qui explique ce qu'est le GN, le principe des combats, etc, mais surtout la grosse part donnée à l'imaginaire pour figurer ce qui n'existe pas. Certainement pas un chef d'œuvre, mais on passe quand même un bon moment. ;)

The Wild Hunt (Alexandre Franchi, 2009)
Pitch: Un GN tourne à la tragédie shakespearienne quand un non-joueur s'incruste pour regagner l'amour de sa copine.
Alors j'ai grossièrement traduit le pitch du site pour ne pas spoiler trop ce que je considère comme un très bon film mais que je conseille plutôt à un public mature du fait des questions abordées et de la violence explicite. Qui dit Shakespeare... Bref, du rire, du grotesque et du merveilleux pour décrire une œuvre qui prend comme cadre un GN pour évoquer une histoire à la fois banale et terriblement prenante. Le traitement photographique illustre bien les motivations des joueurs à se plonger dans l'imaginaire en contrastant les séquences de jeu tournées dans la nature fabuleuse du Canada aux faubourgs urbains. Encore une fois, le film montre bien qu'il faut poser toutes ses valises avant d'entrer dans l'arène pour que ça ne tourne pas au vinaigre, mais il faut bien se rappeler que ce n'est qu'un film et que la réalité de e loisir prouve qu'il n'est jamais arrivé de situation aussi dramatique. Bref, je vous laisse découvrir ce film, amener vos propres remarques... Enfin c'est chaud quand même. :-?

Westworld (Michael Crichton, 1973)
Pitch: Dans le futur, un nouveau parc d'attraction propose le temps d'une journée ou plus de revivre dans le Far West, le moyen âge ou l'époque antique où les visiteurs ont la possibilité de "tuer" des androïdes.
Un film riche puisque antérieur au JdRL et qui aborde différents thèmes tel que la société du divertissement, l'aliénation de l'espèce humaine par la technologie, nos valeurs en tant qu'êtres civilisés... Ce fut également une des dernières performances de Yul Brynner...

Demain dès l'aube (Denis Dercourt, 2009)
Mathieu tente de rétablir le contact avec son frère qui s'échappe de la réalité dans des cercles de reconstitutions historiques organisant dîners napoléoniens et duels. Un film français, c'est son mérite, mais un peu didactique pour dire les choses poliment.
Dernière édition par Mespheber le 04 Nov 2017 23:06, édité 20 fois au total.
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar lupin » 20 Sep 2014 11:01

Ah merci du lien, je connaissais pas, je vais y jeter un oeil de ce pas :)
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar Mespheber » 21 Sep 2014 07:14

Zero Charisma, de Katie Graham & Andrew Matthews, sorti en 2013

Pitch: l'autorité d'un MJ sus ses amis est remise en question par l'arrivée d'un nouveau joueur.

Un film qui intéressera les joueurs comme les profanes puisque l'intrigue tourne essentiellement autour des problèmes de socialisation d'un individu où le jeu de rôle n'est finalement qu'un contexte et non une cause ou une conséquence. La performance de Sam Eidson dans le rôle principal est tout simplement éblouissante!
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar Mespheber » 23 Sep 2014 23:42

Mazes & Monsters (Steven hilliard Stern, 1982)

Téléfilm inspiré d'un fait divers qui avait défrayé les chroniques aux USA en 79 et contribué à donner mauvaise réputation au JdRL, le film a pour seul mérite de rétablir la justice et de souligner la fragilité préexistantes des "victimes" de ce loisir (schizophrénie dans le cas présent). On appréciera la présence de Tom Hanks dans un de ses premiers rôles mais par contre ça a bien vieilli tant dans la mise en scène que la musique, etc.
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar lupin » 24 Sep 2014 22:32

Bon alors, un petit retour sur The gamers, le premier est assez sympa, pas mal de stéréotypes et pas ceux vus de l'extérieur, le second se laisse voir, mais le troisième... n'est pas ma tasse de thé.
Merci pour ma culture en tout cas. ;)
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar Mespheber » 24 Sep 2014 23:36

GamerZ (Robbie Fraser, 2005)

Avec un "z" parce que c'est comme ça qu'on dit en Écosse. Le pitch: Ralph est un étudiant à l'imagination débordante et rejoint un groupe de joueurs sur son campus. Après avoir rapidement pris l'ascendant sur l'ancien MJ, il emmène les joueurs dans son imaginaire. En fait, l'histoire est assez banale, mais la qualité du film réside dans la valeur qu'il donne au jeu comme créateur de liens sociaux entre différents personnages qui ne se côtoieraient probablement pas autrement et leur permet de dépasser leurs antagonismes. Il pose aussi la question de savoir s'il est toujours pertinent d'amener sur la table ce qu'on vit au réel. Très sympa!
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar lupin » 27 Sep 2014 00:43

Concernant Zero charisma, j'ai pas du tout accroché, je pense que c'est en partie dû au fait que j'ai du mal avec le stéréotype du joueur autiste asocial tel qu'il est présenté.
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar Mespheber » 28 Sep 2014 17:39

C'est ton interprétation. Je trouve que l'intelligence de ce film est justement de montrer un névropathe dans son environnement qui pourrait tout aussi bien être celui du jeu que l'œnologie ou la musique en ne plaçant pas le cadre ou l'activité comme facteur déterminant. En ce qui me concerne, j'ai justement apprécié ce film parce que je connais des joueurs qui correspondent malheureusement à ce cliché. On a tous renoncé à leur dire de commencer un régime. :-?
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar lupin » 28 Sep 2014 17:49

Tout à fait, je pense que c'est que j'ai du mal avec le stéréotype présenté, mais je sais que ça correspond à certains joueurs malheureusement. :(
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Films sur le jeu de rôles ludique

Messagepar Mespheber » 28 Sep 2014 22:22

Raison de plus pour mettre les pieds dans le plat. Ce n'est pas en cachant un aspect de la réalité qu'on le fait disparaître. Si ce genre de projet est l'occasion d'un échange sur les phénomènes de marginalisation ou provoquer un réveil chez (comment les dénommer poliment?) ces individus, alors emmenons-les le voir pieds et poings liés.

Ici, je voulais surtout constituer un panorama des fictions qui prennent comme cadre ou thème les loisirs de l'imaginaire, sans jugement sur leurs finalités ou objectifs artistiques. Les prochaines chroniques concerneront le GN. ;)
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1775
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Suivant

Retour vers Média, culture et société

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron