• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Chroniques d'Annwfn, financement participatif, et commentaires

Tout ce qui touche au microcosme du jeu de rôle.

Modérateur: Asmis

Chroniques d'Annwfn, financement participatif, et commentaires

Messagepar Menhir » 29 Fév 2016 10:49

Elvan49 a écrit:Je vous passe les détails techniques mais l’éditeur s’occupe de beaucoup de choses et l’auteur (votre serviteur) doit participer à « la prise de risque ».

Quand je lis ce genre de commentaire, je ne peux m'empêcher de repenser aux pratiques éditoriales que décrit Umberto Eco (paix à son âme) dans Le pendule de Foucault.
Image
Avatar de l’utilisateur
Menhir
 
Messages: 2387
Inscrit le: 24 Sep 2002 16:55
Localisation: Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar Kakita Inigin » 29 Fév 2016 14:13

. C’est un vieux rêve que je vous propose de réaliser ensemble : Publier mon premier roman d’Héroïc-fantasy. Vieux rêve, parce que l’idée de ce roman m’est venue quand j’avais 16 ans (et mine de rien, ça commence à faire une paie !). Mais, je me suis réellement mis à l’écriture de celui-ci qu’il y a deux ans. Or, je suis à deux doigts de concrétiser ce projet, car deux éditeurs ont, d’ores et déjà, accepté de me publier dont les éditions L’Amalthée. Mais, les temps étant ce qu’ils sont et « l’économie de l’édition » évoluant, c’est une proposition « participative » de publication. Je vous passe les détails techniques mais l’éditeur s’occupe de beaucoup de choses et l’auteur (votre serviteur) doit participer à « la prise de risque ».

Les détails techniques c'est qu'ils n'ont pas de trésorerie ou envie de prendre un risque. Du reste, la souscription ne te fait pas prendre un risque : elle reporte le risque sur l'acheteur.
Barde multiclassé Secrétaire du SDEN et de la Voix de Rokugan.

ImageImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
 
Messages: 1304
Inscrit le: 15 Nov 2013 14:32

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar Elvan49 » 01 Mars 2016 14:22

Bonjour à tous !
Effectivement, l'éditeur ne prend pratiquement aucun risque financier. Mais, est-ce pour autant une raison de se priver d'une chance de voir son boulot publier. Il y a déjà de très nombreuses discussions sur ce sujet dans de nombreux autres forums. Je m'y suis longuement attardé et on y trouve tout et rien, des avis favorables , des auteurs satisfaits et des critiques intraitables d'auteurs particulièrement dégoûtés...
Quant au risque que je fais prendre par la souscription aux acheteurs, il n'y en a pas. La souscription permet bien l'édition, puisque sans elle je n'ai pas de quoi la financer. Si en effet ! Les lecteurs pourraient être déçus du roman. Mais, c'est le risque que l'on prend chaque fois qu'on achète un livre ?
On peut polémiquer longtemps sur le sujet. Certains bouquins nous sont effectivement recommandés par des amis dont on sait partager les goûts, le risque est donc moins grand. Bref. Je ne pensais pas lancer une énième offensive contre les éditeurs qui utilisent ce procédé. En même temps je n'avais qu'à rien dire à ce compte là :mdr:
Merci en tout cas d'avoir pris le temps de lire le post.
:reddition:
Elvan49
 
Messages: 10
Inscrit le: 24 Fév 2016 13:48

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar lupin » 02 Mars 2016 08:33

Je pense que ça ne te visait pas Elvan49, c'était plutôt une pierre dans le jardin des éditeurs :)
Je me permet de continuer sur cette veine HS car c'est intéressant. Je vois quand même (au moins) un effet, cela immobilise l'argent des contributeurs le temps que le financement participatif soit terminé. C'est d'ailleurs la raison d'être de la borne dans le temps de ce financement, et la difficulté à choisir cette borne : permettre au maximum de personnes de participer sans pour autant faire trop attendre les premiers contributeurs.
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar Elvan49 » 03 Mars 2016 10:38

Bonjour Lupin,
En effet.
lupin a écrit:... Je vois quand même (au moins) un effet, cela immobilise l'argent des contributeurs le temps que le financement participatif soit terminé...

Je pense que ça fait parti du modèle éco de Ulule. Pendant qu'ils immobilisent l'argent, je ne serai pas surpris d'apprendre qu'ils le font fructifier. Ce qui fait qu'il n'y a jamais de réelle opération blanche pour eux. Ça n'enlève rien à la qualité de leur service, mais ça nous rappelle qu'on est dans un monde où tout à un prix...

Cordialement, :zen:
Elvan49
 
Messages: 10
Inscrit le: 24 Fév 2016 13:48

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar Kakita Inigin » 06 Mars 2016 20:22

Elvan49 a écrit:Bonjour Lupin,
En effet.
lupin a écrit:... Je vois quand même (au moins) un effet, cela immobilise l'argent des contributeurs le temps que le financement participatif soit terminé...

Je pense que ça fait parti du modèle éco de Ulule. Pendant qu'ils immobilisent l'argent, je ne serai pas surpris d'apprendre qu'ils le font fructifier. Ce qui fait qu'il n'y a jamais de réelle opération blanche pour eux. Ça n'enlève rien à la qualité de leur service, mais ça nous rappelle qu'on est dans un monde où tout à un prix...

Cordialement, :zen:

Non non, l'argent des contributeurs n'est pas encaissé avant la cloture du CF (et il n'y a pas d'effet bancaire chez le souscripteur).
C'est une fois que l'argent est viré à l'éditeur qu'il est immobilisé - mais en fait, même pas : il sert à payer le travail de création. Simplement l'éditeur l'a avant de sortir le produit et pas après.

uant au risque que je fais prendre par la souscription aux acheteurs, il n'y en a pas
Ils courent le risque que le projet ne sorte pas et qu'ils doivent entrer dans de longues procédures pour récupérer leur argent. Même si l'éditeur est honnête (ce dont je ne doute pas) le remboursement peut prendre "assez" longtemps.

ref. Je ne pensais pas lancer une énième offensive contre les éditeurs qui utilisent ce procédé.
Je te prie de ne voir dans les quelques messages postés ici aucune offensive (ni les miens, ni ce que je peux lire des autres). Le CF est devenu "mainstream" sur le marché du jdr (et sur d'autres).

Simplement, il me semble que tu sous-estimes les effets mécaniques qu'induit la souscription : l'inversion du risque.
Dans un financement classique, l'éditeur avance les fonds et les acheteurs jugent sur produit fini. Tranquille pour les acheteurs, tendu pour l'éditeur.
Dans un financement participatif, l'éditeur (avance moins* les fonds) reçoit le produit de la vente à la clôture du financement et les acheteurs jugent sur ce que l'éditeur dit du produit. Moins tendu* pour l'éditeur, risqué pour les acheteurs.
Incidemment, ça fait une étude de marché haut-de-gamme (puisque tu as directement ton public potentiel et les tunes qu'ils sont prêts à y mettre).

On compense en général le risque pris par les acheteurs et l'investissement que représente leur dépense (ils paient 6 mois à 1 an plus tôt) par des goodies, des exclusivités, et des ouvrages généralement plus élaborés que par des financements classiques.

* parce qu'en réalité, c'est toujours une oeuvre de création, qu'on peut toujours avoir des surprises, et que si l'éditeur est prévoyant il a lancé le projet avant le lancement de la campagne de financement - en tout cas, s'il veut avoir de la maîtrise sur les délais. Donc il a déjà pris un risque financier.

Au passage, puisqu'on parle de risque, ça veut dire quoi, "l’auteur (votre serviteur) doit participer à « la prise de risque »" ? Que tu dois faire la communication pour le financement, ou autre chose ?
Barde multiclassé Secrétaire du SDEN et de la Voix de Rokugan.

ImageImageImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
 
Messages: 1304
Inscrit le: 15 Nov 2013 14:32

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar lupin » 07 Mars 2016 12:04

Kakita Inigin a écrit:
Elvan49 a écrit:Bonjour Lupin,
En effet.
lupin a écrit:... Je vois quand même (au moins) un effet, cela immobilise l'argent des contributeurs le temps que le financement participatif soit terminé...

Je pense que ça fait parti du modèle éco de Ulule. Pendant qu'ils immobilisent l'argent, je ne serai pas surpris d'apprendre qu'ils le font fructifier. Ce qui fait qu'il n'y a jamais de réelle opération blanche pour eux. Ça n'enlève rien à la qualité de leur service, mais ça nous rappelle qu'on est dans un monde où tout à un prix...

Cordialement, :zen:

Non non, l'argent des contributeurs n'est pas encaissé avant la cloture du CF (et il n'y a pas d'effet bancaire chez le souscripteur).
C'est une fois que l'argent est viré à l'éditeur qu'il est immobilisé - mais en fait, même pas : il sert à payer le travail de création. Simplement l'éditeur l'a avant de sortir le produit et pas après.

Pour clarifier mon message, le souscripteur a intérêt à immobiliser cet argent tant qu'il y a une chance que le financement participatif soit un succès, afin de ne pas se retrouver à découvert.
Il doit donc ne pas dépenser cet argent sans savoir si ce sera pour rien (échec du financement participatif) ou pour quelque chose (succès du FP).
L'accès au produit fini acheté est aussi un inconvénient du FP effectivement.

En fait, un FP faisant prendre le risque à l'acheteur et non à l'éditeur, le prix final devrait être moins élevé que pour une produit sur étagère, pour lequel l'éditeur doit provisionner une part pour les exemplaires qui seront envoyés pour promo mais non vendus, je n'ai pas assez de recul pour savoir si ce prix plus bas est effectivement constaté.
- Lupin.
Avatar de l’utilisateur
lupin
 
Messages: 2130
Inscrit le: 30 Nov 2001 01:00
Localisation: Paris

Re: Chroniques d'Annwfn - financement participatif

Messagepar Menhir » 07 Mars 2016 12:24

Kakita Inigin a écrit:Ils courent le risque que le projet ne sorte pas et qu'ils doivent entrer dans de longues procédures pour récupérer leur argent.

A condition de parvenir à contacter suffisamment d'autres souscripteurs (ce qui est déjà en soi un tour de force), à se constituer en association et à engager une procédure collective (puisque les actions individuelles ne sont plus possibles dans ce type de cas grace à la loi "Macron").
Peu de chance qu'un souscripteur s'engage là-dedans pour quelques dizaines d'euro.

Je te prie de ne voir dans les quelques messages postés ici aucune offensive (ni les miens, ni ce que je peux lire des autres).

:+1:

Dans un financement participatif, l'éditeur (avance moins* les fonds) reçoit le produit de la vente à la clôture du financement et les acheteurs jugent sur ce que l'éditeur dit du produit. Moins tendu* pour l'éditeur, risqué pour les acheteurs.
Incidemment, ça fait une étude de marché haut-de-gamme (puisque tu as directement ton public potentiel et les tunes qu'ils sont prêts à y mettre).

L'éditeur ayant beaucoup moins de risques (voir même aucun) peut se permettre d'être beaucoup moins regardant sur la qualité puisque la vente ne dépend plus que de l'image préalable que l'objet renvoie et non sur la valeur de son contenu ou de la publicité qui peut en être fait par des personnes connaissant ce contenu.

Pour les éditeurs les plus cyniques et pragmatiques, on pourrait même dire que la qualité n'aura plus d'importance, la quantité augmentant mathématiquement le chiffre d'affaire et le bénéfice.

Le CF n'est pas encore considéré comme un mode de distribution conventionnel. On est encore dans une démarche militante qui permet d'amortir certaines déception. L'avenir dira si ce n'est qu'une mode ou s'il entre dans les habitudes de consommation de manière pérenne.

On compense en général le risque pris par les acheteurs et l'investissement que représente leur dépense (ils paient 6 mois à 1 an plus tôt) par des goodies, des exclusivités, et des ouvrages généralement plus élaborés que par des financements classiques.

Ca devrait aussi compenser les frais financiers.
Même si, pour le contributeur, ces frais son minimes étant donné les sommes engagées, pour la trésorerie de l'éditeur, c'est particulièrement conséquent.
C'est l'intérêt majeur pour certains éditeurs installés (par exemple Black Box) qui dévoient ce mode de financement pour améliorer leur trésorerie alors que, à l'origine, c'était conçu pour que des créateurs sans trésorerie puissent diffuser leurs produits directement aux consommateurs.

Au passage, puisqu'on parle de risque, ça veut dire quoi, "l’auteur (votre serviteur) doit participer à « la prise de risque »" ? Que tu dois faire la communication pour le financement, ou autre chose ?

A priori, ça veut dire qu'il doit avancer une partie des frais de sa poche.
D'où la remarque initiale.
C'est la porte ouverte à toutes les dérives...
Image
Avatar de l’utilisateur
Menhir
 
Messages: 2387
Inscrit le: 24 Sep 2002 16:55
Localisation: Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Re: Chroniques d'Annwfn, financement participatif, et commen

Messagepar brisecous » 07 Mars 2016 13:59

Pour ma part, la question que je me pose, c'est : dès le moment que tu dois réaliser un financement participatif pour publier ton livre, en quoi as-tu besoin de l'éditeur ? La part "auteur" sur un roman ça doit être 7%. Cela se justifie par le travail de l'éditeur : financement et communication autour du roman.

Dès le moment que le financement voire la communication sont assumés par l'auteur (grâce au financement participatif), autant que l'auteur passe directement en statut d'auto-éditeur, fasse imprimer lui-même le roman, et touche 50% du prix de vente au lieu des 7% de droits d'auteur ?

Je vais probablement devenir auteur cette année ; j'envisage l'édition classique comme l'auto-édition via financement participatif. Je ne sais pas comment je réagirais si on me proposait un contrat d'édition classique qui m'impose en plus un financement participatif.
Secrétaire adjoint de la FFJDR
Vous soutenez notre action ? Adhérez à l'association !
Mon blog (JDR et autres trucs)
brisecous
 
Messages: 254
Inscrit le: 27 Oct 2008 14:39

Re: Chroniques d'Annwfn, financement participatif, et commen

Messagepar Elvan49 » 07 Mars 2016 14:31

Merci pour toutes ces remarques constructives. Depuis le premier post j'ai pas mal avancé sur le sujet et ai été contacté par un ancien ami, qui m'a confié quelques informations utiles sur "l'édition participative". Qui légalement se nomme : édition à compte d'auteur. Ce qui corroborre tous les messages postés précédemment sur le sujet.
"A compte d'éditeur" : contrat classique, le risque est effectivement prix intégralement par l'éditeur et passe souvent par un très gros accompagnement de l'auteur (allers-et-retours du livre pour corrections et modifications). A mon sens : le pied ! ;)
"A compte d'auteur" : toute autre forme de contrat où l'auteur doit participer pour partie au coût d'impression.
A priori, ça veut dire qu'il doit avancer une partie des frais de sa poche.
D'où la remarque initiale.

J'ai notamment appris que l'éditeur (2ème cas) procède à ce qu'on appelle de l'impression en amalgame. Plusieurs livres au même format sont lancés sur les rotatives. Celles-ci n'ayant pas besoin d'être recalibrées entre les différents ouvrages, on obtient des quantités très importantes faisant considérablement chuter le coût de revient par livre. Donc les risques sont très minimes. Si la nécessité de rentabilité prime dans notre monde, ce n'est pas surprenant mais effectivement les risques de dérives sont importants et seule l'éthique et les valeurs morales de ce genre d'éditeur leur permettront d'éviter de publier tout et n'importe quoi. Car tout et n'importe quoi leur rapportera de l'argent.
Enfin pour répondre à Brisecous, je me pose très sérieusement la question de l'auto-publication. Et l'un des arguments qui découle de toutes les remarques judicieuses précédentes et que ça rassure les éventuels lecteurs. Étonnement (ou pas), ceux-ci préfèrent savoir que l'auteur prends tout en charge et va publier son bouquin. Et ça s'entend... Pour info, j'ai d'ailleurs vu avec Ulule s'il était possible de revoir à la baisse le budget général du projet, car l'auto-édition coûte, à priori, bien moins chère et les bénéfices vont effectivement intégralement dans la poche de l'auteur-éditeur, donc les chances de retour sur investissement sont meilleurs (même si ce n'est pas le but initial recherché).
Pour le moment je continue à faire établir des devis et j'ai pris RDV avec le Centre Régional du livre de Bourgogne spécialisé dans ce genre de question. Car la question ne s'arrête pas là. Si vous avez plusieurs livres à publier, vous pouvez aussi vous poser la question de créer votre propre maison d'édition...
Elvan49
 
Messages: 10
Inscrit le: 24 Fév 2016 13:48

Suivant

Retour vers Média, culture et société

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité