• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

La déontologie du joueur

Pour se lancer dans les réflexions conceptuelles sur ce média.

Modérateur: Asmis

Re: La déontologie du joueur

Messagepar Totoribus » 25 Avr 2018 12:22

Tout à fait d'accord également. Sans parler d'actes "ignobles" (jamais vu non plus autour d'une table de jdr), certaines prises de position peuvent être très discutables. Oui mais...
Jouer un gros beauf un peu facho à Raoul, ou un redneck républicain pro Bush, Trump etc... dans un jeu comme Rushmore ou COPS, ça tient la route sur le plan roleplay. Partant de là, si les réflexions, éventuellement les actes des PJs sont "limites", ils sont à mes yeux acceptables s'ils tiennent de la caricature et servent au final à tourner en ridicule ce genre de personnage "réel", et à s'amuser autour de la table dans une ambiance à laquelle tout le monde adhère.
En revanche, s'il s'agit d'assouvir un réel besoin, fantasme etc. d'un joueur qui persiste dans ses attitudes et propos au delà du jeu, là je pense effectivement que l'on va trop loin. Mais on a alors bel et bien dépassé le cadre du jdr...

J'ajoute que "j'autorise" également certains comportements limites dans les jeux historiques. Je m'explique : si torturer un PNJ peut sembler choquant et hors de propos (ce que je conçois, attention), qu'en est-il par exemple dans une confrontation de type Catholique vs Huguenot dans Te Deum? Ou d'un officier romain vs un esclave dans Praetoria Prima? Ou encore d'un pirate vs un soldat espagnol captif dans Pavillon Noir?
Là encore, si le comportement du PJ (j'insiste sur le PJ, pas l'humain qui se cache derrière) est cohérent avec son rôle au sein du contexte historique choisi, ET si ce comportement cesse une fois revenu au 21e siècle dans la réalité, alors je n'y vois pas d'objection.
En bref pour résumer, un type sympa peut jouer un gros con (c'est bizarrement rarement l'inverse) tant qu'il reste sympa dans la vie et qu'il n'empêche pas les autres de jouer leurs concepts. Le Vrai Gros Con, lui, n'a pas et n'aura jamais sa place à ma table de jeu.
Après, tout reste une question de point de vue...
Avatar de l’utilisateur
Totoribus
 
Messages: 18
Inscrit le: 28 Mars 2018 11:59
Localisation: Bar le Duc

Re: La déontologie du joueur

Messagepar Syllabin » 21 Sep 2018 18:29

J'ai l'impression que ce qui ressort de ce sujet, c'est essentiellement une bipartition des "fautes" que peuvent commettre les joueurs lors d'une session, et qui se répartissent selon deux ordres :

-la moralité répréhensible des actions entreprises, qui apparait d'autant plus grave (pour tous les membres du débat actuel semble-t-il) lorsqu'elle n'est pas justifiée par le RP. En contrepartie, un RP approprié, des éléments de background marquants paraissent globalement l'excuser, voire le justifier.

Dans ce cas précis, n'est-ce pas plutôt l'éthique de la table, et qui comprend nécessairement celle du meujeu, qui détermine les actions permises, et la limite de l'acceptable ? J'y vois un souci principal, c'est que déontologiquement (puisque c'est le sujet du topic, n'est-ce pas ?) on peut difficilement reprocher à un joueur d'enfreindre une règle implicite, qui n'aurait jamais été explicitée en amont, avant le début de la partie notamment. Par exemple, nombreux sont ici ceux qui disent globalement "je n'accepte pas / n’apprécie pas du tout / vit très mal qu'un PJ en tue un autre", et qui estiment qu'un tel acte vaut l'instaban. D'un autre côté, et c'est une question, précisez-vous dès le départ cette convention, certes courante, mais pas forcément évidente pour autant ?

C'est d'autant plus une question que je ne le fais pas, moi. Pourtant, comme vous, je n'aime pas du tout qu'un perso en tue un autre. Bon, dans un Chtullu ou assimilé, passe encore, j'ai envie de dire que c'est le jeu. Mais dans un cadre plus conventionnel, je ne préviens pas, volontairement, mes joueurs des limites que je leur impose en tant que MJ. Je reste à l'écoute du groupe dans son ensemble, de sa condamnation ou de son adéquation immédiate avec les actions du joueur, puisque c'est pour moi la limite de l'acceptable lors de la session. Ma "condamnation" personnelle, ou mon assentiment, s'expriment eux à la fin, lorsque je fais le choix de réinviter le joueur à mes sessions suivantes (je précise que je ne suis pas un tyran : dans 90% des cas ils sont bien entendu réinvités, mais lors d'un meurtre de PJ par exemple, non, certainement pas). Le fait est que ce genre d'attente - meurtre ou pas meurtre, torture ou pas torture, pour ne pas citer le viol, mérite sans doute d'être posé (ou au moins d'avoir une bonne raison de ne pas le faire), faute de quoi on n'est pas à l'abri d'y être confronté.

- concernant l'attitude du joueur durant l'en-dehors du jeu, je ne peux là encore que comprendre ceux qui disent, par exemple, ne pas accepter de racisme, ou d'homophobie, ou de misogynie de leurs joueurs : le jeu de rôle est aussi un jeu de sociabilité. Si vous ne respectez pas ses conventions, et vos co-joueurs, vous êtes clairement au mauvais endroit. C'est d'ailleurs ce que je pardonne le moins, mais qu'on y réfléchisse un peu et l'on verra que le meurtre de PJ entre justement dans ce critère. Lorsqu'un joueur en tue le perso d'un autre, c'est l'ethos de ce joueur qui se trouve attaqué, bien plus violemment que le personnage. J'entends par là que la rivalité peut avoir été mise en place en amont, qu'on a pu se mettre d'accord, éventuellement même prévoir une scène de duel avec son "compagnon" - mais ça rentre ici dans le cadre d'une décision collective. De là peut-être l'idée que c'est l'unilatéralité, que ce soit de l'action ou du propos, qui est la moins tolérable dans le jeu de rôle.

Mais enfin, arrivé à ce stade, j'aimerais autant avoir vos réactions, que l'habitude de la dissert ne tombe pas dans la tentation du monologue :')
Syllabin
 
Messages: 2
Inscrit le: 18 Sep 2018 23:28

Précédent

Retour vers Réflexions, théories et concepts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron