• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Pratique "adulte" du jeu de rôle ?

Pour se lancer dans les réflexions conceptuelles sur ce média.

Modérateur: Asmis

Messagepar Bichette » 22 Déc 2009 17:18

Ah, mille pardons, ce n'était pas le pluriel qui était en cause, mais le terme "jeu".
Clap, deuxième :
Clair, y a rien de pire que de tomber sur des apotres autoproclamés de la seule et unique vraie voie du JDR...

Si : tomber sur des apôtres autoproclamés de la seule et unique voie du Jeu...
Avatar de l’utilisateur
Bichette
 
Messages: 188
Inscrit le: 17 Juin 2008 14:44
Localisation: Colmar

Messagepar XIII » 23 Déc 2009 11:12

Je dirai la formule magique pour les chasser :

BOUGA ! BOUGA !

:mrgreen:
XIII
Mon jeu de figurine amateur :
http://starshipbattlesystem.eklablog.com
XIII
 
Messages: 398
Inscrit le: 09 Jan 2004 12:05
Localisation: Salon de Provence

Re: Pratique "adulte" du jeu de rôle ?

Messagepar Kimtchi » 24 Déc 2009 02:57

XIII a écrit:Ce paradoxe m'intrigue est je voulais vos avis sur la question.


Peut être que le sentiment que tu ressens provient de ce que la nature de ces deux jeux de société est fondamentalement différente ?

Les jeux de plateaux ou de figurines s'articulent essentiellement autour d'un corpus de règles, le reste n'est que de la décoration finalement. Alors que le Jeux de Rôle exploite une sorte de golem, le personnage, à qui le joueur donne des sentiments, et ce dans un cadre qui fait appel à ses émotions et à son imagination, le tout servi (ou desservi, cela dépend ^^) par un corpus de règles. C'est là, AMA, le côté artistique du JdR et cet aspect rentre en conflit avec le cadre stricte des règles. D'où probablement le besoin que certains joueurs ressentent de se libérer de ce qu'ils considèrent comme un carcan.

De mon point de vu, les règles dans le JdR sont une aide de jeux et non le jeu lui même. Le corollaire c'est que lorsque je fais jouer une campagne de Midnight D20 par exemple, et bien je ne joue pas réellement à Midnight D20 mais plutôt à une version alternative et personnalisée ! En fait, je me suis approprié le jeu, au mépris de tous les copyright (bouh c'est mal :D ).

Hum, il n'y a pas qu'un style de jeu de jeux de rôle en définitive, et heureusement ! Je dégagerai 3 écoles pour ma part :)

- L'école qui va considérer que le JdR n'est finalement qu'un jeu de plateau à la Warhammer Quest juste un peu plus évolué (et c'est l'esprit de dondon 3 et 4 ainsi que de Warhammer 3 à ce que j'ai pu voir) où l'on essaie de résoudre des énigmes et des difficultés en se servant des règles comme structure et comme moteur, d'où certainement la nécessité de les respecter à la lettre pour ne pas bouleverser un équilibre fragile.

- L'école qui va considérer le JdR comme une production artistique, consciemment ou pas, et qui va privilégier une recherche sensuelle et hédoniste en se souciant bien peu d'une quelconque structure légale.

- L'école qui va essayer de trouver un équilibre entre les deux précédentes écoles pour arriver à un produit bâtard ou pertinent, selon ce qu'on met derrière les mots jeux de rôle ^^

Après, les arguments qui ont été avancés concernant le degré de rigidité ou de souplesse des règles lié à la notion de compétition qui existe dans le jeu que l'on désir jouer m'apparaissent parfaitement pertinents ! Mais comme je suis un esprit taquin, j'ajouterai que l'expérience m'a montré que la notion de collaboration propre au JdR ne le mettait pas à l'abri de la notion de compétition entre les joueurs, loin de là ! L'égo humain et tout et tout :mrgreen:
"Vingt dollars si tu les masses à l'Häagen-Dazs !" Cassidy (Preacher)
Avatar de l’utilisateur
Kimtchi
 
Messages: 86
Inscrit le: 21 Sep 2004 05:02
Localisation: 69

Précédent

Retour vers Réflexions, théories et concepts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron