• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Qui a déjà joué des gays ou des lesbiennes?

Pour se lancer dans les réflexions conceptuelles sur ce média.

Modérateur: Asmis

Messagepar Menhir » 30 Juin 2010 16:11

Julius a écrit:C'est une lapalissade, mais tu n'es pas ton personnage, et ton personnage ce n'est pas toi...

Bin, justement, la question est de savoir comment, pour un hétérosexuel, jouer un personnage homosexuel. La dissociation est claire.
Image
Avatar de l’utilisateur
Menhir
 
Messages: 2387
Inscrit le: 24 Sep 2002 16:55
Localisation: Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Messagepar Bichette » 30 Juin 2010 16:48

Mais en ce qui concerne l'interprêtation pure du personnage (intéractions sociales, personnalité, voix etc...) je suis ce personnage durant les quelques heures de la partie.

C'est vite dit. Tant que l'interprétation du personnage te demande un effort, conscient ou non, pour déterminer ne serait ce que sa manière de penser (et ne parlons même pas de la manière de s'exprimer, c'est encore un autre sujet sacrément glissant...), tu n'es pas vraiment ce personnage. Les moyens que je vois pour "être son personnage" au sens ou tu sembles l'entendre :
1) ton personnage est très proche de toi dans sa manière de penser, de se comporter et même physiquement (c'est con, mais quand mon personnage est sensé être amoureux de la princesse jouée par le gros barbu avec le t-shirt "kiss the droïd", j'ai du mal...)...mais au bout d'un moment, ça lasse de jouer des bombes sexuelles ><...
2) tu es un putain d'acteur qui parvient à réagir naturellement comme une tierce personne. En ce cas, soit tu es un génie incompris, soit tu effectue un travail dépassant le cadre du JDR au sens classique du terme.
3) tu es de mauvaise foi en affirmant "devenir ton personnage"
4) tu es de bonne foi en affirmant "devenir ton personnage" et tu gagnes les points de création correspondant au désavantage "désordre psychologique" pour construire ton perso de Vrai Vie RPG...

Plus clairement, il est impossible à mon sens de "devenir le personnage", et ce n'est pas une simple question d'accent débile, de langage châtié ou de culture caricaturale. Quand je fais du JDR, je m'attache à essayer de comprendre la manière de penser du personnage en tant qu'individu et à m'y conformer au mieux dans mes choix. Le reste, c'est bonus...
Avatar de l’utilisateur
Bichette
 
Messages: 188
Inscrit le: 17 Juin 2008 14:44
Localisation: Colmar

Messagepar Tybalt » 30 Juin 2010 17:18

Julius a écrit:Pour en revenir au sujet, "être" un homosexuel dans un jdr, je n'y crois pas trop.
il peut y avoir effectivement LE scénario spécialement conçu pour ça, dans un espace-temps historique où la perception de sexualité est clairement précisée, et engendre un certain nombre de conséquences. Mais sur la durée d'une campagne, cette homosexualité va devenir aussi banale que l'hétérosexualité d'un autre joueur.
Les ressorts scénaristiques liés à cette sexualité ne seront pas franchement différents des ressorts utilisés pour des hétéros.


Oui... et donc ? Je ne vois pas trop où tu veux en venir avec ces deux arguments (la possible banalité et l'absence de ressorts scénaristiques propres). Déjà, comme tu le dis toi-même, ce genre de cas ne se présentera pas toujours, ça dépendra énormément du monde et du scénario. Et ensuite, ce n'est pas parce qu'un élément de background donné n'a pas un impact énorme sur le scénario ou n'est pas ultraarchioriginal que ça ne sert à rien de le jouer.
D'ailleurs, j'aurais plutôt tendance à dire que, si vraiment on peut jouer des homos/bis/trans exactement sur le même plan que des hétéros, ben c'est plutôt tant mieux. Mais si tu voulais dire qu'il ne faudrait pas jouer d'homos sous prétexte que ça n'apportes rien, pardon, mais là c'est moi qui trouves ça tendancieux (pour voir pourquoi, imagine deux secondes un monde où les homos sont majoritaires, où tu es le seul hétéro à une table de rôlistes gays, et où on te sort que jouer un personnage hétéro n'apporterait rien à l'histoire).
"Fantasia, aux frontières de l'Absurde"
Un univers de nonsense et d'instabilité utilisant BaSIC
http://www.premiumorange.com/fantasia.frontiereschaos/
Avatar de l’utilisateur
Tybalt
 
Messages: 162
Inscrit le: 15 Mai 2004 22:38
Localisation: juché sur un Bartuk bleu à bec jaune, plein de courage et de plumes (surtout de plumes).

Messagepar Julius » 30 Juin 2010 18:34

Ce qui est bien dans une discussion c'est de se référer à la question d'origine...

Pour encore plus clair : plusieurs joueurs à mes tables (et moi-même) ont joué des homosexuels.
Ca a peu près autant d'impact sur les parties que de dire "je suis gaucher". Le mj peut fabriquer une séquence spécifique pour utiliser ce point de background
"diantre, ces ciseaux sont pour gaucher, oulalalala, que va-t-il se passer ?", mais sinon à moins d'avoir un homophile (ça se dit ça ?) ou homophobe comme mj, ça ne change rien.

Que le mj veuille mettre une histoire d'amour (ou de haine) entre deux personnes, au final, ça ne change pas grand chose de connaitre leur préférence sexuel.
Bon, tu peux revoir l'histoire de Roméo et Juliette, et au lieu de mettre des histoires familiales, tu mets des homophobes...
Bref, à moins d'un scénario typiquement écrit pour mettre en avant ce point de background du personnage, ça ne change rien du tout.
Pas plus que dire, mon personnage est fan d'onanisme...
Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.

Courteline, georges
Avatar de l’utilisateur
Julius
 
Messages: 962
Inscrit le: 29 Avr 2003 10:16
Localisation: Ecran de pub de 20h36

Messagepar Menhir » 30 Juin 2010 18:38

Julius a écrit:mais sinon à moins d'avoir un homophile (ça se dit ça ?) ou homophobe comme mj, ça ne change rien.

Ca dépend du jeu joué.
C'est sûr que pour l'exploration d'un bon vieux PMT (je prends un extrème), ça ne changera rien.
Par contre, à Lycéennes ou Trauma (encore des extrèmes), ça peut tout changer.
Image
Avatar de l’utilisateur
Menhir
 
Messages: 2387
Inscrit le: 24 Sep 2002 16:55
Localisation: Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Messagepar Mespheber » 30 Juin 2010 18:43

Julius a écrit:Pour encore plus clair : plusieurs joueurs à mes tables (et moi-même) ont joué des homosexuels.
Ca a peu près autant d'impact sur les parties que de dire "je suis gaucher". Le mj peut fabriquer une séquence spécifique pour utiliser ce point de background
"diantre, ces ciseaux sont pour gaucher, oulalalala, que va-t-il se passer ?", mais sinon à moins d'avoir un homophile (ça se dit ça ?) ou homophobe comme mj, ça ne change rien.
Je suis assez d'accord. Les affinités sexuelles, c'est le genre de questionnement dont je me tamponne particulièrement l'oignon quand je fais un JdRL. Car après tout, qui se soucie de la vie sexuelle de personnages virtuels? Seule exception où ce facteur peut se révéler déterminant pour l'action: Soap.

Pour ma part, ce sujet m'a donné l'envie de créer un personnage zoonécrophile, ne se satisfaisant que de lapins morts et de carcasses de poulets. :mrgreen:
Dernière édition par Mespheber le 30 Juin 2010 18:43, édité 1 fois au total.
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1774
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

Messagepar Julius » 30 Juin 2010 18:43

Menhir a écrit:Par contre, à Lycéennes ou Trauma (encore des extrèmes), ça peut tout changer.


Sur combien de parties ?
Dans Trauma, tu vas faire un one-shot spécifique, et puis ?....
Dans Lycéenne, bon, tu vas avoir un background particulier, mais pas plus que "je suis amoureuse de deux garçons à la fois".
Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.

Courteline, georges
Avatar de l’utilisateur
Julius
 
Messages: 962
Inscrit le: 29 Avr 2003 10:16
Localisation: Ecran de pub de 20h36

Messagepar Tybalt » 30 Juin 2010 21:53

Julius a écrit:mais sinon à moins d'avoir un homophile (ça se dit ça ?)


"Gay-friendly". Ou "tolérant". Je crois.

Menhir a écrit:Ca dépend du jeu joué.
C'est sûr que pour l'exploration d'un bon vieux PMT (je prends un extrème), ça ne changera rien.
Par contre, à Lycéennes ou Trauma (encore des extrèmes), ça peut tout changer.


Je suis d'accord avec Menhir, ça dépend énormément du jeu.
C'est sûr que dans le jeu de fantasy de base façon D&D, un élément de ce genre serait à peu près aussi maladroit que J. K. Rowling indiquant après coup que Dumbledore était gay alors que (d'après ce qu'on m'a dit) on ne peut pas vraiment s'en douter en lisant les bouquins. Mais là encore ça dépend du background (je suis déjà tombé sur une nouvelle de fantasy dans un univers très D&D-like où le cliché de l'elfe homosexuel était pris de front et au sérieux, et qui donnait une intrigue vraiment intéressante).
Mais dans n'importe quel jeu historique, cette dimension finit forcément par avoir de l'importance, et c'est la même chose dans les jeux faisant un peu de place aux intrigues sentimentales, Lycéenne, les univers d'anime type shonen (d'ailleurs, pas mal de shonen et de webcomics typés shonen ont déjà compris le parti qu'on pouvait tirer des éléments LGBT dans les intrigues amoureuses), n'importe quel background reprenant de près le monde réel ou cherchant à faire de l'anticipation un peu réaliste, etc.

Julius a écrit:ça ne change rien du tout.
Pas plus que dire, mon personnage est fan d'onanisme...


Mespheber a écrit:Car après tout, qui se soucie de la vie sexuelle de personnages virtuels? Seule exception où ce facteur peut se révéler déterminant pour l'action: Soap.

Pour ma part, ce sujet m'a donné l'envie de créer un personnage zoonécrophile, ne se satisfaisant que de lapins morts et de carcasses de poulets. :mrgreen:


Sans parler d'implications malheureuses, j'ai l'impression qu'on ramène trop facilement les orientations sentimentales/sexuelles autres que l'hétérosexualité à de simples pratiques sexuelles (sur le même plan que le fétichisme ou le bondage, par exemple). Bien entendu, deux secondes de réflexion sur le sujet suffisent à montrer que c'est faux, mais "sur-sexualiser" les homos/bi/etc. est un cliché qui revient souvent.
Qu'un personnage soit gay, bi, etc. engage beaucoup plus de choses dans sa vie que "juste" sa vie sexuelle. C'est aussi, et même d'abord, sa vie sentimentale. Mais cela engage aussi tout son parcours de vie. Dans le cas d'un(e) homosexuel(le), ça suppose pas d'enfants, probablement pas de mariage... mais aussi une conception de la beauté complètement différente, et nécessairement une sensibilité différente. C'est pas coton à jouer dans une partie de jdr, certes. Mais c'est beaucoup plus vaste que de savoir avec qui Zor-Zor, guerrier de Schululu a envie de faire des galipettes le soir (là c'était un cliché. Ça s'est vu ?).

On ne s'en rend pas compte, mais dès qu'on creuse un peu, on voit que la sexualité a une importance beaucoup plus vaste et beaucoup plus diffuse dans la société, les mentalités, etc. qu'on ne le croit quand on pense que la sexualité se résume aux instincts intimes des individus et aux diverses manipulations auxquelles ils les amènent quand ils se retrouvent tout nus entre eux. Par exemple, les sociétés occidentales sont entièrement fondées sur le modèle du couple hétérosexuel exclusif. Ce n'est pas "normal" ou "anormal", ce n'est pas "naturel" ni "contre-nature", c'est une réalité historique résultant d'une série de changements au fil du temps. Mais c'est quelque chose qui est fortement enracinée dans les esprits. Quand on pense à l'avenir, on a toujours vaguement en tête par défaut le "je rencontrerai quelqu'un, je me marierai, j'aurai une maison, une femme, des enfants" (la nouveauté actuelle, un peu plus réaliste, étant "et après on divorce" :mrgreen: ). Quand on voit un homme et une femme discuter gaiement dans la rue ou à une terrasse de café, c'est dur de ne pas penser, même une seconde, à la possibilité qu'ils sont peut-être en couple. Etc.
Maintenant, si on imagine une société qui n'est pas fondée sur ce modèle-là mais sur un autre - par exemple la Grèce ancienne ou l'Occident médiéval - tout ça tombe par terre et il faut envisager les choses autrement. Les gens ont une façon complètement différente de réagir, et ça prend toutes sortes de formes et de nuances. L'hétérosexualité dans l'Occident contemporain, ça a donné, par sublimation et dérivations successives, l'amour courtois, le mythe du grand amour, la galanterie, certains gestes de politesse encore courants, etc. etc. Dans une société où les relations entre personnes de même sexe sont courantes et banales, on pourrait observer le même genre de conséquences sur toutes sortes d'autres aspects de la société.
Bref, "qui a joué des gays et des lesbiennes", ce n'est pas juste une question de vie sexuelle des PJ. C'est beaucoup plus vaste.

J'ai du mal à réfuter de façon concise l'avis de Julius, mais, comme je ne suis pas d'accord avec son avis, selon lequel on ne peut rien faire de l'homosexualité en jdr en dehors de scénarios spécifiques, je vais essayer de trouver des exemples.
Exemple : Cthulhu 1960. Les PJ sont en butte à l'opposition d'un puissant homme politique typé droite bien pensante. Un jour, ils découvrent par hasard que cet homme politique sort en cachette dans des endroits de rencontres gays. Que vont-ils faire de cette information ? Vont-ils l'utiliser contre lui ? Le faire chanter ? Que vont-ils en penser par rapport au discours homophobe que le même homme politique tient en public ? Idée possible de ressort dans n'importe quel scénario d'enquête ou d'intrigue.
Autre exemple : Star Wars Nouvelle République. Les PJ sont envoyés en mission diplomatique sur une planète E.T. humanoïde dont le rattachement à la Nouvelle République peut être crucial dans l'affrontement avec l'Empire. Mais voilà que le diplomate E.T. tombe amoureux d'un PJ du même sexe. Les joueurs autour de la table trouveront peut-être ça drôle, mais le PJ en question va falloir trouver un moyen diplomatique de refuser (s'il n'est pas intéressé) s'il ne veut pas provoquer l'échec de la mission et risquer de passer pour un xénophobe anti-ET aussi peu reluisant que les agents de l'Empire au passage.
On pourrait imaginer toutes sortes d'autres situations de ce genre, où il ne s'agit pas du tout de la simple histoire personnelle d'un perso. C'est un ressort dramatique comme un autre, et on peut l'utiliser de toutes sortes de façons dans toutes sortes d'aventures différentes. Les univers de jdr abordent plus ou moins et plus ou moins bien la question (Star Wars, par exemple, est digne de Disney pour tout ce qui concerne l'absence des questions LGBT), mais ça n'empêche pas de le faire.
"Fantasia, aux frontières de l'Absurde"
Un univers de nonsense et d'instabilité utilisant BaSIC
http://www.premiumorange.com/fantasia.frontiereschaos/
Avatar de l’utilisateur
Tybalt
 
Messages: 162
Inscrit le: 15 Mai 2004 22:38
Localisation: juché sur un Bartuk bleu à bec jaune, plein de courage et de plumes (surtout de plumes).

Messagepar Johan Scipion » 30 Juin 2010 22:19

Tybalt a écrit:Dans le cas d'un(e) homosexuel(le), ça suppose pas d'enfants


Hein ? :o
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 592
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Messagepar Mespheber » 30 Juin 2010 22:26

Tybalt a écrit:Sans parler d'implications malheureuses, j'ai l'impression qu'on ramène trop facilement les orientations sentimentales/sexuelles autres que l'hétérosexualité à de simples pratiques sexuelles (sur le même plan que le fétichisme ou le bondage, par exemple). Bien entendu, deux secondes de réflexion sur le sujet suffisent à montrer que c'est faux, mais "sur-sexualiser" les homos/bi/etc. est un cliché qui revient souvent.
Je ne dis pas que tu as tort, je dis juste que ce débat ne m'intéresse pas quand je joue à un JdRL. C'est pour moi un loisir, un défouloir pas une agora.

De plus, comme le souligne Johan, ton post ne fait que mettre en lumière tes propres préjugés sur la question.
42
Avatar de l’utilisateur
Mespheber
 
Messages: 1774
Inscrit le: 28 Fév 2005 19:50
Localisation: Rijsel

PrécédentSuivant

Retour vers Réflexions, théories et concepts

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité