Page 2 sur 3

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 03 Nov 2014 20:54
par Kakita Inigin
Plutôt 2 et 3.

Mon aisance en tant que MJ se nourrit de l'observation, d'un peu de pratique en jdr mais surtout par de la pratique :
- universitaire et péri-universitaire (parole en public, argumentaire au débotté, à haute dose pendant un/deux ans)
- de murders / GN (d'où une certaine tendance à considérer les jets de dés comme une perte de temps :mdr: ) c'est à dire par du semi-théâtral. En particulier, le GN a ceci de commun avec le management qu'on est "toujours en représentation" et qu'on doit donner l'exemple. Quand je traverse une pièce en costume*, je me tiens droit, je donne le ton en terme de fixité du regard et de maintien, et c'est ce que je fais quand je traverse un atelier.

* je joue, évidemment, le plus souvent des officiels et des pontes - voire des militaires.

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 03 Nov 2014 21:19
par Lid
argumentaire au débotté

Je ne connaissais pas cette expression, sympa !

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 03 Nov 2014 22:35
par Kakita Inigin
Ben, "impro totale", en milieu professionnel, ça ne le fait pas. :angel:

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 04 Nov 2014 09:29
par Menhir
Lid a écrit:
ça pourrait donner des arguments à ceux qui prétendent que c'est une activité à ne pas laisser entre n'importe quelles mains

Désolé, je ne comprends pas ? Quel est le problème de valoriser une activité dans des cadres originaux ?

Pour mieux comprendre, il faut savoir qu'il y a quelques années s'est produit un phénomène qui a profondément blessé le milieu roliste francophone et dont la plaie n'est pas encore refermée.
Dans les années 90, un jeune homme se suicide. Il pratiquait les jeux de rôle. Deux émissions (l'une de Jacques Pradel, l'autre de Mireille Dumas) se sont engouffrées dans la brèche et ont réalisé des reportages pour essayer de démontrer que les jeux de rôle étaient dangereux, à coup de fausses informations, de montages truqués et d'analyses médiatico-psychologiques.
A l'époque, ces émission ont vraiment fait beaucoup de mal : de nombreuses municipalités ont fermé leurs salles aux associations de JdR, des parents ont interdit leur pratique à leurs enfants, le rôliste était regardé comme une sorte de membre de secte traumatisant son prochain.

Donc, lorsque j'entends qu'on prétend utiliser des moyens professionnels pour cette pratique ludique, je sors le gyrophare. :reddition:

Pour te donner une idée du tsunami que ça a provoqué, une petite anecdote : j'ai commencé le JdR à la fin des années 70 (ce qui te donne une idée de mon âge). Mes parents ont toujours su que je le pratiquais mais il ne savaient pas que j'ai continué à m'y intéresser et le pratiquer au cours de ma vie d'adulte émancipé. Il y a un an, j'évoque par hasard avec ma mère un projet de JdR sur lequel je travaille depuis quelques temps (voir ma signature), surtout pour lui montrer des illustrations que je réalise. Elle me regarde avec un air mi-inquiet, mi-suspicieux et me sort : "Des jeux de rôle ? Tu veux dire ces jeux dangereux qui font se suicider des adolescents ? ". :dunno:

Que des professionnels utilisent des techniques du jeu de rôle dans un cadre professionnel, manipulé par des gens qui connaissent leur métier et pour un public conscient de l'objectif de la séance, pourquoi pas.
En revanche, utiliser des techniques de manipulation professionnelles dans un cadre ludique après d'un public venu là uniquement dans l'esprit de s'amuser (n'ayant donc dressé aucune barrière protectrice psychologiquement), ça me semble dangereux. Ce serait un peu comme de donner un pistolet chargé à un enfant et de lui dire d'aller s'amuser aux cowboys avec ses petits camarades, ou de mettre de l'acide chlorhydrique dans une boite de jeu de petit chimiste.

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 04 Nov 2014 09:44
par Lid
techniques de manipulation professionnelles

Ok, je m'excuse Menhir, mais je ne vais plus alimenter ce topic.

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 04 Nov 2014 10:41
par lupin
Je pense que les compétences dont parle Kakita Inigin sont des compétences que peut développer le rôlistes sans forcément l'être forcément.
Il s'agirait de compétences optionnelles dans la fiche de perso du rôliste.

Du coup, Lid, t'intéresses-tu aux compétences principales (celles détenues par tous les rôlistes) ou principales et optionnelles ?

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 05 Nov 2014 22:54
par Julius
Les jeux de rôles sont des techniques toujours utilisées par l'éducation nationale.
Pour diverses raisons, on les retrouvera aujourd'hui classés dans les jeux sérieux dont la majorité correspond à une simulation via ordinateur
http://eduscol.education.fr/numerique/d ... efinitions

Malgré tout on retrouve parfois le vocable jeux de rôles dans certaines initiatives pédagogiques
http://ww2.ac-poitiers.fr/ia17-pedagogi ... article377
http://circgdquevilly.spip.ac-rouen.fr/ ... article367

Tout ça pour dire que bien évidemment le jeux de rôles peut être un outil d'apprentissage, y compris pour des futurs formateurs.
Tous les ESPE (ex : IUFM) pratiquent le jeux de rôles : tous les profs stagiaires font semblant d'être prof avant d'aller sur le terrain, ça s'appelle présenter une séance pédagogique.

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 06 Nov 2014 07:04
par Mithriel
Julius a écrit:Tous les ESPE (ex : IUFM) pratiquent le jeux de rôles : tous les profs stagiaires font semblant d'être prof avant d'aller sur le terrain, ça s'appelle présenter une séance pédagogique.


C'est bien la preuve que c'est dangereux ! ;)

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 09 Nov 2014 11:18
par Julius
Mithriel a écrit:C'est bien la preuve que c'est dangereux ! ;)


Pfff... comme si tu y connaissais quelque chose. On les connait les chercheurs, l'enseignement n'est pas leur préoccupation...
(administrateur de l'institut de la communication ? tu t'es perdu ?)
:mrgreen:

Re: Projet d'ouvrage académique

MessagePublié: 09 Nov 2014 12:24
par Mithriel
Julius a écrit:
Mithriel a écrit:C'est bien la preuve que c'est dangereux ! ;)


Pfff... comme si tu y connaissais quelque chose. On les connait les chercheurs, l'enseignement n'est pas leur préoccupation...
(administrateur de l'institut de la communication ? tu t'es perdu ?)
:mrgreen:


C'est plutôt le directeur précédent qui s'était perdu. Mais c'était provisoire, plus long que prévu mais provisoire. Deux charges de direction, c'est une de trop...

Sinon, et vice versa, certains collègues oublient qu'ils sont aussi chercheurs. Mais globalement, les deux cas sont minoritaires.