• Advertisement
Partenaire : LudikBazar

Sombre

Modérateur: CA FFJDR

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 07 Nov 2016 13:06

Sombre 6 et Sombre HS1 sont parus


Image

Les commandes par correspondance sont ouvertes aux particuliers.

+ Sommaire de Sombre 6 (livre de base de Sombre zéro) : http://bit.ly/2fgpdTQ

+ Sommaire de Sombre HS1 (recueil de nouvelles) : http://bit.ly/2eeQARh

+ Les infos pour commander : http://bit.ly/2fKF4yi


*


Mardi 15 novembre, de 19h à 23h, je profiterai de la 112e Rencontre Opalienne pour organiser la soirée de lancement de Sombre 6 et Sombre HS1 aux Caves Alliées, un bar rôliste près d'Odéon (Paris).

Venez nombreux découvrir, acheter et vous faire dédicacer les nouveaux numéros de Sombre (et aussi les anciens, j'aurai du stock). Ça va être fun et y'aura de la bière !

+ L'événement Facebook : http://bit.ly/2fKC6d7

+ La 112e IRL Opale : http://bit.ly/2f9bh0j


*


Le week-end du 12 et 13 novembre, je participerai à la RJDRA, convention organisée par Opale Rôliste au Kremlin-Bicêtre. J'y assurerai des démos de Sombre et y vendrai ma revue. On pourra y acheter tous les numéros, y compris bien sûr les deux nouveaux.

+ La RJDRA : http://bit.ly/2eEKxUM


*


Mercredi 23 novembre, à partir de 15h, j'assurerai deux animations Sombre à la médiathèque Arthur Rimbaud d'Antony. Deux quickshots pour un public adolescent sur le thème « Vivre ensemble : filles, garçons ». Bon, ce sera plutôt « Mourir ensemble : filles, garçons », mais ça va être fun ! ^^

Là aussi, j'aurai un peu de stock de revues avec moi. Si vous êtes dans le coin et voulez profiter de l'occasion pour faire vos achats, manifestez-vous par MP.

+ Infos utiles : http://bit.ly/2fKM2Dt


*


Image

Image
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 14 Nov 2016 17:40

5 démos à la RJDRA – novembre 2016 – Le Kremlin-Bicêtre


C'était il y a presque dix ans, la dernière CJDRA. Une convention qui a eu une incidence énôôôrme sur le développement de Sombre. Une décennie plus tard, on remet le couvert. Même lieu, même concept, une initiale qui change. Comme son illustre aînée, la RJDRA est une conv où qu'on ne joue qu'à des jeux d'auteur avec leurs auteurs. Par rapport à l'ancienne version, pas de bourse aux scénars, pas de chauffage (ah vache, ce que je me suis pelé !) et une coterie de narrativo-vegans, preuve s'il en est que les temps changent.

Mais vous savez quoi ? Plus ça change, plus c'est la même chose ! Comme autrefois, ce fut juste excellent de bout en bout, au point que j'y suis retourné pour deux heures dimanche en sachant pertinemment que je ne trouverais pas de joueurs pour remplir ma table. Juste pour le plaisir d'être là et de causer à des gens cool. Ah bon sang, que cette conv m'avait manqué !

Après toutes ces années, après tous ces changements dans ma vie, après les nombreuses métamorphoses de Sombre (songez que du temps de la CJDRA, je n'avais rien : pas de zines, pas de kit de démo, pas même de système fonctionnel, juste un scénar sans règles), je me suis retrouvé pile poil chez moi au milieu des amateurs / indépendants / auteurs passionnés (rayez la mention inutile ou plutôt non, ne rayez rien). Comme le disait Ramirez, ce vieux coq espagnol « Nous sommes pareil, nous sommes frères, faisons-nous des bisous ! ». Oui même toi, le narrativo-vegan. Je te kiffe le boule.

Cette conv était une folie. Il y a trois semaines, Belli'Games (sept démos), le week-end dernier Oll'Games (douze en deux jours), demain le lancement de Sombre 6 et Sombre HS1 aux Caves Alliées. Et dans l'intervalle, avec la sortie, promo et diffusion des nouveaux zines, je n'ai pas eu une minute à moi. Mais je ne regrette pas une seconde d'avoir fait l'effort. Tout déchiqueté que j'aie été, ce furent deux jours de bonheur.

Cinq parties, deux Overlord, un Dracula en mode speed (mais absolument excellent, partie dynamique et fin remarquable), un NASM de 2h30 en milieu de journée à cinq puis six joueurs, et un quickshot nocturne qui a tout déchiré. Une top partie, nom de Dieu. Mille fois meilleure que ce que j'anticipais étant donné mon état de fatigue avancée. Cerise sur le gâteau, j'ai tué Pierre Rosenthal six fois. Est-ce que ce n'est pas trop la classe, ça ?

Merci à David Best pour son raise dead réussi. Merci aux gens d'Opale et d'Antre pour leur énergie, leur orga, leur bonne humeur. Les locaux étaient glacials mais l'accueil chaleureux, on n'y a pas perdu au change. On remet ça l'année prochaine, hein ?


Mon body count

5 parties, 26 joueurs, 40 morts



*



Lancement de Sombre 6 et Sombre HS1


Image


La soirée de lancement de Sombre 6 et Sombre HS1, c'est demain (mardi) aux Caves Alliées. De 19h à 23h, des zines (les nouveaux et les anciens, j'aurai du stock), des dédicaces et un auteur dââârk. What else ? Ah si, de la bière ! ^^



*



Soutenir Sombre sur Tipeee ou Patreon

Image

Image



*



Acheter Sombre

Image

Tous les numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 24 Nov 2016 20:01

2 démos à la médiathèque Arthur Rimbaud – novembre 2016 – Antony


Image
Gaffe derrière toi, un clown !
photo Marina Ramo pour la médiathèque Arthur Rimbaud



Hier, animation en médiathèque. J'aime carrément bien, ça me change agréablement des convs. Pour tout dire, j'aime tellement que je cherche à en faire plus souvent. Si vous êtes quoi que ce soit en -thécaire (ludo / biblio / média, rayez la mention inutile) et que vous verriez d'un bon œil une animation Sombre par son auteur dans vos locaux, contactez-moi pour qu'on en cause : terresetranges at gmail point com

Or donc, d'un côté la médiathèque Arthur Rimbaud, bâtiment tout moderne, tout propre et tout beau. De l'autre, Johan, auteur de jeu de rôle tout pas moderne, mais quand même tout propre (hé, je me lave !) et tout beau (ouais, j'avais mon bandana des grands jours). L'animation a été organisée à l'initiative de Marina, rôliste et costumiste (ça se dit ?) émérite, qui plus est fan de Sombre. Le bon goût, clairement.

Elle a géré les préinscriptions sur mes recommandations : quatre, cinq joueurs maxi par partie, 7 ans et plus, deux démos d'une heure chacune. L'animation s'inscrit dans le cadre plus vaste d'une opération de sensibilisation des jeunes à la question du sexisme. « Vivre ensemble : filles, garçons » que ça s'appelle. Dans la salle où elle m'installe, une exposition sur le thème (panneaux et livres). Alors bon, comme vous le savez si vous lisez mes comptes rendus, le jeu de rôle comme support pédagogique n'est pas trop ma tasse de thé. Je préfère le jeu de rôle pour le jeu de rôle. C'plus fun.

D'un autre côté, je n'ai rien contre les contraintes créatives, qui souvent sont fécondes. C'est même l'une de mes routines habituelles de playtest. Donc quand Marina m'a parlé de sa thématique, je lui ai répondu que le plus simple et le plus fonctionnel était de partir sur une combo quickshot + contrainte de créa collective. Partie improvisée, dans laquelle chaque joueur crée un personnage féminin et chaque joueuse un personnage masculin. L'idée étant que les enfants se rendront vite compte que ça ne change absolument rien. Puisqu'on y joue des victimes horrifiques, les règles de Sombre ne s'encombrent pas des questions de genre. Face à Jason, boobs ou pas boobs, c'est tout comme pareil : tu meurs. L'égalité par la machette, c'est tout moi.

Me voilà donc parti pour décliner la thématique. À ma table aujourd'hui, ce sera « Mourir ensemble : filles, garçons », un programme qui me semble bien cool. J'enchaîne deux quickshots d'une heure environ chacun (le premier un micro poil plus long que le second), avec une pause de quinze minutes entre les deux. Sportif, mais j'ai l'habitude. Cinq gamins à chaque fois, des filles et des garçons, de 6 à 13 ans. Deux bonnes parties, déroulées dans mon setting Paradise lake (le petit plan forestier publié dans Sombre 5). Au menu, des détectives, un chasseur de fantômes, une pharmacienne vénère, un braquage qui finit mal, un killer klown, une armée de squelettes et, parce que sinon c'est pas drôle, un ours agressif. Du fun par paquets de douze. Comptes rendus détaillés à venir sur Tipeee.

Les gamins se sont bien amusés et moi aussi. Content, Johan. Je laisse le mot de la fin à Marina, qui assistait en spectatrice aux parties et a ensuite écrit sur Facebook : « La satisfaction cet après midi de trouver du sens à son travail par la transmission et la création : l'organisation d'une après-midi jeux de rôles pour les enfants/ados horrifiquement fun avec son créateur Johan Scipion (auteur de Sombre) avec pour trame de fond l'égalité filles/garçons ».



Mon body count

2 parties, 10 joueurs, 9 morts



*



Soutenir Sombre sur Tipeee ou Patreon

Image

Image



*



Acheter Sombre

Image

Tous les numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 30 Nov 2016 01:49

Nouvelle contrepartie Sombre sur Tipeee et Patreon



Sur le mur du fond sont accrochés une douzaine de masques de chair sanguinolents. Au milieu de la pièce, dos à l'entrée, Miko dans ses fringues punk, dégoulinante de rouge des pieds à la tête, un ninjato à la main. Lorsque les flics pénètrent dans la cave, les visages se mettent tous à chanter en chœur Anarchy in the U.K.


Les mécènes de Sombre ont reçu leur contrepartie de novembre. Ce document est exclusif, je ne le diffuserai pas ailleurs sur Internet. Il s'agit de du second épisode de la trilogie American horror ninja, ce pur concept de ouf malade. Cette mini campagne sévèrement burnée est le produit d'un croisement contre nature entre Daredevil, Michael Dudikoff et Sid Vicious. Des bikers, des mafieux, des yokai ? Bienvenue à Las Vegas !


*


Je profite de l'occasion pour dresser un petit bilan. Avec la fin de l'année qui arrive, c'est de saison. Je voulais le faire le mois dernier, à l'occasion d'Halloween (la date anniversaire de Sombre sur Tipeee), mais n'ai pas eu une minute à moi. Les sorties de Sombre 6 et HS1 m'ont beaucoup occupé.

Or donc, cela fait un an que j'ai ouvert ma page Tipeee (quelques mois pour la Patreon, qui est arrivée après) et je ne cesse de m'en féliciter. L'année écoulée fut riche de bouleversements pour Sombre. La création de l'entreprise Terres Etranges a changé la donne et modifié en profondeur mon activité professionnelle.

J'étais déjà éditeur, j'ai récupéré quelques casquettes supplémentaire : diffuseur, distributeur, commercial, you name it. Très intéressant, hyper formateur à tous points de vue et puissamment chronophage. Sur les douze derniers mois, j'ai passé une partie non négligeable de mon temps à envoyer des mails, passer des coups de fil, faire des factures et des colis, les poster. Et puis relancer aussi, encore et encore et encore. Sombre n'est pas arrivé par l'opération du Saint-Esprit rôliste sur les étagères des boutiques de France et de Navarre. Y'a un gars qui a pas mal mouillé la chemise.

Ce fut un immense effort, absolument nécessaire pour 1/ faire connaître Sombre sur le marché pro du JdR, 2/ réussir son implantation en boutiques, et 3/ assurer à Terres Etranges un petit matelas de trésorerie, qui lui évite le naufrage immédiat. Les micro structures sont fragiles. Tout ceci étant heureusement acquis, je vais pouvoir lever un peu le pied. Il le faut, je ne pourrai pas tenir ce rythme longtemps. Vache, la fin d'année est rude de chez rude ! Je suis en mode zombie depuis deux mois.

2017 sera résolument tournée vers l'écriture. Je continuerai à faire du commerce, c'est une nécessité vitale pour Terres Etranges et Sombre, mais je vais y aller plus cool. Finies les journées entières pendu au téléphone pour démarcher les boutiquiers aux quatre coins de l'Hexagone. Mes priorités seront autres : je veux tenir mes objectifs de deux numéros par an, un régulier + un hors-série. C'est jouable, je viens de le faire, mais rééditer l'exploit tous les ans n'est pas gagné d'avance. Cela représente une montagne de gros taf.

Or, et c'est là que Tipeee me fut utile durant l'année écoulée, l'écriture est pour une bonne part question de routine. Pour moi en tout cas, mais j'ai l'impression que c'est un paradoxe que vivent pas mal d'auteurs. D'un côté, tu cherches à produire de l'extraordinaire, de l'original, du jamais vu (enfin, t'essaies). De l'autre, ton activité en elle-même est d'une affligeante banalité : toi derrière ton clavier, à aligner les signes des heures et des jours durant. Ça demande une certaine discipline de travail, une habitude aussi.

Durant tous ces mois où j'ai dû me la jouer commerce, Tipeee puis Patreon me rappelaient à l'écriture : je devais livrer ma contrepartie mensuelle. En fait non, je ne devais pas, rien ne m'y forçait. Juste, je le voulais. Car voyez-vous, cette histoire de mécénat au long cours est hyper motivante. En dehors de l'aspect financier, sur lequel je ne crache carrément pas (hé, personne ne vit de l'air du temps, faut des sous pour acheter des pâtes), Tipeee et Patreon ont l'énorme avantage de matérialiser mon lectorat. Je sais exactement pour qui je produis ma contrepartie mensuelle et c'est super plaisant. Vraiment, je kiffe. Merci à vous qui me suivez depuis un an, et à vous qui nous avez rejoints entretemps. Votre soutien me réjouit et me stimule. Grâce à vous, j'ai gagné en souplesse : je m'auto-botte le cul plus facilement qu'avant !

Je termine sur une information pratico-pratique. À l'usage, j'ai pu constater que le rythme mensuel était ce qui me convenait le mieux. De tête, il n'y a eu qu'un mois de l'année écoulée où j'ai proposé deux contreparties. Dorénavant, et j'ai modifié la présentation de mes pages Tipeee et Patreon en ce sens, je m'en tiendrai à une contrepartie mensuelle. Bon, il y aura peut-être des mois où, accaparé par d'autres obligations, je ne pourrai rien fournir. Ce mois-ci par exemple, ce fut juste de juste ! Dans tous les cas, cette nouvelle disposition permettra à mes mécènes de calibrer plus facilement leur soutien. Ils sauront exactement sur quel pied danser.


*


Soutenir Sombre sur Tipeee ou Patreon

Image

Image


*


Acheter Sombre

Image

Tous les numéros de la revue Sombre sont disponibles. Pour commander, c'est par ici.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 25 Déc 2016 03:15

Nouvelle contrepartie Sombre sur Tipeee et Patreon


Image


Couvrant les arrières de Jack, Ron entre dans le labo. Il tombe sur Jimmy, qui remballe la marchandise. Le biker attrape son fusil à pompe. Ron tire, tire et tire encore. S'acharne sur son amour de jeunesse. Jimmy lui aussi tire, mais rate. La décharge explose l'éclairage au néon, une pluie d'étincelles ruisselle sur les deux hommes. Jimmy s'effondre dans une mare de sang.


Pile-poil à l'heure pour remplir leurs petits souliers, les mécènes de Sombre ont reçu leur contrepartie de décembre, un compte rendu de partie exclusif.

Il s'agit du troisième et dernier épisode de la mini campagne American horror ninja, produit du croisement contre nature de Daredevil, Michael Dudikoff et Sid Vicious.

C'est le bouquet final avec encore plus de ninjas, de bikers et de yokai. Bigger is better, n'est-il pas ?


Joyeux Noël !




Image

Image
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 16 Jan 2017 15:57

Nouvelle contrepartie Sombre sur Tipeee et Patreon


La publication périodique me permet de faire vivre la gamme Sombre au rythme de ma table : je publie le jeu à mesure que je le playteste, le mène et l'écris. J'ai bien conscience qu'il s'agit d'un luxe inouï, dont je récolte à chaque numéro les fruits créatifs.


Les mécènes de Sombre ont reçu leur contrepartie de janvier. Il s'agit cette fois-ci de l'avant-première d'une interview que j'ai accordée au blog Cosmo Orbüs : http://saint-epondyle.net/blog

L'Internet rôliste n'en prendra connaissance que d'ici une semaine (au mieux). Je vous tiendrai au courant.




Image

Image
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 18 Jan 2017 17:42

Je réponds à la critique de Sombre 2 par Nébal


Image
Illustration Greg Guilhaumond


Je le fais assez rarement, mais quelque chose me pousse au dialogue. Sans doute la longueur de son texte, son souci du détail et le fait qu'il y met très en avant sa sensibilité personnelle. Ou peut-être tout simplement parce qu'il soulève des points intéressants. Bref, j'ai envie d'en causer.

On peut lire ladite critique sur son blog. Il est d'ailleurs vivement conseillé de le faire avant de parcourir ce qui suit.


[quote=Nébal]« Ubiquité » est présenté comme un « survival compétitif », citant Battle Royale et Cube comme ses inspirations essentielles (encore que le terme « inspirations » puisse être contestable : l’auteur nous dit qu’il n’avait pas de lui-même fait le lien avec Cube, avant les premières « playtests »…). [/quote]

Je pense que Cube, un film que je kiffe bien comme il faut, est une inspi d'Ubiquité, mais inconsciente. Si je ne l'ai pas réalisé à l'écriture, c'est parce que j'étais parti sur des octogones plutôt que des carrés (il reste d'ailleurs une trace de cette idée dans le scénar). J'ai simplifié quand j'ai compris que c'était injouable car trop complexe. Mais du coup, avec les octogones toujours en tête, je n'ai pas percuté sur Cube avant mes premiers playtests. C'est con, hein ?

Tu noteras au passage que je parle de « Références » et non d'« Inspirations » en ouverture de mes scénarios, l'objectif étant surtout de donner au meneur potentiel une liste de films/livres qu'il puisse regarder/lire en préparation de sa partie. Le côté cuisine créative, je le réserve plus volontiers aux premiers paragraphes de la section Feedback, en fin de scénario.


« Ubiquité » n’est pas sans avoir un côté : « Oh, oui, MJ, fouette-moi, fais-moi mal ! »


Il me semble qu'une attitude un minimum volontariste est la condition sine qua non de tout jeu de rôle. Si le joueur n'a pas envie de jouer un palouf, un runner, un vampire, une tortue ninja ou une souris, et ben ça ne marche juste pas. La particularité de Sombre est qu'il demande qu'on soit volontaire pour un trip particulier : jouer un PJ-victime. Je comprends que ça désarçonne parce que ce n'est pas si courant, mais sur le fond, ce n'est en rien différent de ce que demande n'importe quel JdR : s'impliquer dans son perso.


Peut-être d’autant plus du fait de cet emploi de la première personne, d’ailleurs.


Ah ? Je veux bien que tu m'éclaires sur ton ressenti. En quoi est-ce que la première personne participe de ton impression qu'il faut être un peu maso pour jouer Ubiquité ?


Je reste un peu perplexe sur l’idée d’une partie d’une heure maximum, de manière générale


À l'usage, c'est un format très intéressant. Court, mais pas trop. Il incite au dynamisme narratif (ce que j'apprécie, jouer dans une certaine urgence vivifie mon expérience de jeu) tout en laissant le temps pour de vraies modulations de rythme, qui donnent du relief à la partie. Je l'apprécie vraiment, même si aujourd'hui, je ne le pratique plus en Classic. En Zéro par contre, je m'y adonne très régulièrement.


Jouer n’importe où, sans véritablement de matériel, et sur un format très court, même uniquement en un quart d’heure, si ça se trouve…


Mais oui, carrément ! Quinze minutes (de jeu), c'est le format d'Overlord.


Et là je dois dire que j’ai vraiment du mal à en voir l’intérêt – c’est tellement aux antipodes de mes conceptions du jeu de rôle (oui, au pluriel, même si je suis très « traditionnel » globalement, j’apprécie quelques alternatives) que ça me dépasse complètement…


Ça fait ça à plein de gens. Mais attends de lire Sombre 3, tu vas mieux comprendre où je veux en venir. Ne juge pas la variante sur son scénario de rodage (Overlord), ce serait un peu court (pun intended). Tu verras, Deep space gore, c'est pas le même braquet.


En fait, peut-être ici faudrait-il forcer le trait, en définitive, en renforçant la parenté avec un jeu de plateau ?


Fait. Camlann, dans Sombre 6, est livré avec un mini plateau de jeu, qui participe de son accessibilité aux enfants de 7 ans.


« Overlord » /.../ après une très, très brève mise en contexte, les PJ se battent, et c’est tout. Ça m’a fait l’effet d’un très triste gâchis. En l’état, je ne peux pas qualifier « Overlord » de scénario : c’est une baston ; et une baston n’est pas un scénario, pour mon moi rigide.


C'est bourrin, hein ? Mon avis :

+ Overlord est archi efficace. C'est le scénario que je mène le plus en convention. Plus de la moitié de mes démos, c'est te dire. Je dois approcher les 500 parties. Il fonctionne avec presque tout le monde et produit de bonnes parties dans 99 % des cas. Après DSG, je l'avais un peu laissé de côté. Je l'ai redécouvert avec bonheur par la suite.

+ Sûr et certain que c'est un scénario. Je développe plus bas.


En fait, de manière générale, la baston tend à me faire chier, en jeu de rôle


Je pense que tu passes à côté de quelque chose. Pas que je veuille te convaincre de quoi que ce soit, hein. Vu que tu exprimes un ressenti, tu ne peux pas te tromper : c'est un point de vue perso. Mais le mien est tout autre.

À mon avis que j'ai, la baston est un truc fun parmi la tonne de trucs fun qu'on peut faire en jeu de rôle. Et c'est un truc fun qui a l'avantage d'être facile à mettre en place. Y'en a tellement d'autres qui sont hyper difficiles à amener en jeu que ce serait bien dommage de s'en priver.


J’aime les histoires.


Mon vécu perso est qu'il ne faut pas se donner beaucoup de mal pour qu'une baston raconte une (bonne) histoire. Envoyer des mandales et en recevoir produit de la fiction, qui peut être de fort bonne qualité. Mieux encore, elle produit de l'émotion. Gros enjeux ludiques et dramatiques, rebondissements, dynamisme, soutien massif des règles, y'a tout pour faire monter la mayonnaise.

Je vois souvent des trucs excellents à ma table lorsque je mène Overlord, alors même que les persos sont fins comme des feuilles de papier à cigarette. Ça m'a vachement fait cogiter.


[univers Extinction]

Je suis plus sceptique concernant le rôle de Nyarlathotep, qui, comme souvent, me paraît mal s’intégrer dans ce schéma


C'est une concession ludique, dont je m'explique p. 58. Si j'ai ressenti le besoin de justifier sa présence, et même son omniprésence, c'est que je suis bien conscient qu'il s'agit d'un parachutage rôliste. Il est raccord avec l'apocalypse, pas trop avec l'horreur marine. Mais de mon point de vue de game designer, la jouabilité prime toute considération esthétique ou thématique. Au diable l'élégance, c'est l'efficacité qui compte.


Mais qu’en faire ? À s’en tenir à ces considérations générales, pas grand-chose…


Ce texte est le cadre général de ce qui devait être un supplément de plusieurs centaines de pages. Je l'ai publié dans le zine pour des raisons purement éditoriales (une affaire un peu beaucoup pénible).

Ce que tu as lu est l'équivalent des textes introductifs de Delta Green signés Tynes : un cadre global dans lequel viennent ensuite s'insérer d'autres textes, plus directement jouables. Dans DG, il s'agit de différentes organisations. Dans XT, j'ai opté pour sept settings.


ce cadre de jeu trop flou


Il n'est pas flou, il est général. Plus de précisions nous auraient bloquées dans le développement des settings. Par « nous », j'entends les auteurs et les meneurs d'XT, invités à y créer leur propre setting à leur mesure. Mon cadre devait leur laisser autant d'espace créatif que possible : poser des jalons clairs pour donner de la personnalité à l'univers sans les gêner. Une structure, quoi.


Pour le coup, le goût de trop peu demeure, éventuellement : chacun de ces « settings » ne tient après tout qu’en une seule colonne…


Ce sont des résumés. Chacun d'entre eux devait occuper plusieurs de pages, des dizaines pour les plus costauds.


« Peur » /.../ pas bien original ceci dit, et d’une utilité directe en jeu éventuellement douteuse – peut-être parce que, prépondérance du jeu d’aventure ou pas, l’acquéreur de Sombre a sans doute dès le départ sa petite idée de ce qu’est « la peur comme au cinéma ».


Certains oui, d'autres pas du tout.

Pour un hardcore rôliste, dix, vingt, trente, cent casual gamers, dont la culture horrifique commence et s'arrête à Shining. J'en croise plein en convention, dans les salons et les festivals surtout (le public y est souvent plus mélangé que dans les convs). Ils ne sont pas plus branchés que ça par le cinoche d'horreur, mais Sombre les accroche par sa simplicité et son efficacité.

Cela dit, ce n'est pas pour eux que j'ai écrit cet article, en tout pas plus pour eux que pour n'importe qui d'autre. Le point n'est pas d'initier les gens au cinéma ou au jeu de rôle d'horreur. Il y aurait tant à dire, ce n'est pas dans un petit article que j'y parviendrais. L'objectif est de préciser la manière dont, *moi*, je les comprends. En particulier, j'ai besoin de définir certains termes dont je vais ensuite, tu le constateras en poursuivant la lecture de la revue, faire un usage abondant : « horreur », « fantastique », « peur », « aventure », etc.

Cet article n'est pas du tout une aide de jeu. Il ne prétend à aucune utilité directe autour d'une table, raison pour laquelle je l'ai voulu aussi court que possible. Il s'agit de mon lexique de base, fondation essentielle de tous mes futurs articles. C'est pour cette raison que je l'ai publié en premier : il n'y avait pas d'article dans S1 et le premier qu'on lit dans S2, c'est « Peur ». Pas du tout un hasard.

Quand tu construis une maison, tu commences par couler une dalle de béton. Ça ne paye pas mine, ça ne te sert à rien directement (ça ne te met pas un toit sur la tête, je veux dire), mais si tu ne le fais pas, ta baraque se casse la gueule. « Peur », c'est ma dalle de béton, mon socle théorique.

Je ne suis pas un théoricien du jeu de rôle, pas même du jeu de rôle d'horreur, mais j'en écris un. Or le game design tel que je le conçois ne saurait faire l'économie d'un cadre théorique minimum. Parce que Sombre, tout générique qu'il soit, est une production d'auteur, c'est-à-dire qu'il déploie une vision personnelle du genre horrifique. Mon avis est que pour être suffisamment robuste, j'entends par là efficace à ma table et à celle d'autres meneurs, cette vision ne peut pas s'appuyer sur du rien. Il lui faut un soubassement théorique, aussi modeste soit-il (et le mien est minimal, six pages dans S2).


Notons cependant comment l’épouvante, ou le gothique, sont remisés de côté – effectivement, à vue de nez, ils ne sont pas le propos de Sombre… et ce malgré la présence de ce brave Igor dans l’article suivant.


J'ai trois scénars d'horreur gothique sur le feu, dont deux en cours de finalisation. Je vais en publier un tout bientôt, dans Sombre 7. L'horreur gothique est l'un de mes sous-genres préférés. Chuis un die hard fan de la Hammer et de Chill première édition.

De manière générale, tous les sous-genres horrifiques sont le propos de Sombre. Il s'agit d'un jeu d'horreur générique, qualité que je m'emploie à démontrer numéro après numéro. Faut juste me laisser le temps d'aller au bout de ma démarche. À raison d'une sortie par an, ça avance lentement. Mais ça avance. Y'a maintenant pas mal de diversité dans le matos officiel.


Je ne garantis, pas du coup, que je me servirai un jour de Sombre, n° 2


Hé mais tu l'as déjà fait ! Pour preuve :

un rapport assez complexe, en fait… et qui, dans le cadre de ce deuxième numéro, m’a amené à questionner mes envies, et mes limites.
/.../
(je m’en doutais, mais l’Adrénaline ne sert que pour les jets de Corps, pas ceux d’Esprit)
/.../
mettre en lumière des dimensions évidentes de la mécanique, mais qui m’avaient pourtant échappé (plus le niveau de Corps diminue, plus les dégâts variables diminuent – ça tombe sous le sens, mais je n’y avais pas fait gaffe, con de moi…)


Comme je l'écris dans son édito, S2 est une manière de Master's companion, dont la fonction essentielle est d'aider le meneur à passer de la lecture au jeu, de la revue à la table. C'est pour cela que je recommande toujours S1 + S2 pour débuter, plutôt que S1 tout seul. Car dans S2, on trouve :

+ Des propositions ludiques diverses et variées pour inciter les gens à se demander ce qu'ils veulent faire avec Sombre. Parce que c'est la question fondamentale que posent tous les systèmes génériques : vu qu'on peut tout faire (à Sombre, dans le cadre précis du cinéma d'horreur, mon jeu est générique horrifique), quoi qu'on fait exactement ? Tous les jeux de rôle posent bien sûr cette question à un degré ou un autre, mais la généricité lui donne une importance particulière.

+ Une variante et des scénarios (beaucoup) plus courts pour essayer Sombre sans avoir besoin de recruter pour une séance longue.

+ Des articles pour bien intégrer les concepts fondamentaux du jeu et réviser le système avant de l'utiliser. Chaque mot des règles de Sombre compte, donc ça vaut la peine de s'assurer que tout a été compris jusque dans les moindres détails. C'est important dans la perspective de la maîtrise des scénarios officiels. Playtest intensif oblige, ils sont finement équilibrés pour les règles officielles.
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 23 Jan 2017 15:56

Il y aura du Sombre à Starplayer samedi prochain


Image


Samedi 28 janvier, de 14h à 18h, j'assurerai une après-midi de démonstrations (gratuites) et de dédicaces (gratuites aussi) à Starplayer, célèbre boutique de jeux parisienne.

Vous voulez jouer à Sombre à la table de son auteur ? Quelques mots de sa plume sur votre numéro de Sombre préféré feraient votre bonheur ? Vous brûlez de lui démontrer par A + B que son jeu n'en est pas un, ou que le rédiger à la première personne est une hérésie rôliste qui mérite la lapidation au d4 ?

Venez donc samedi à Starplayer. Ça va être fun, ça va être jeune, et vous allez tous mourir.


Pas de préinscriptions, je recruterai sur place.


Infos utiles

+ Sur le Net :
http://www.starplayer.fr/

+ Sur Facebook :
https://www.facebook.com/Starplayer-347345561978258/

+ Dans la vraie vie :
16 Rue Lagrange
75005 Paris
Métro Maubert-Mutualité
01.44.07.39.64
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 27 Jan 2017 14:20

Vous aimez causer ? Vous aimez jouer ? Vous aimez rigoler ?


Venez mourir à ma table demain après-midi à Starplayer !


Image


Démos et dédicaces de Sombre par son auteur, 14h à 18h.



Starplayer
16 Rue Lagrange
75005 Paris
Métro Maubert-Mutualité (ligne 10)
01.44.07.39.64
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

Re: Sombre

Messagepar Johan Scipion » 28 Jan 2017 23:53

4 démos à Staplayer – janvier 2017 – Paris


Image
Assiégé par la figouze, un petit village d'irréductibles rôlistes résiste encore et toujours
photo Rôliste TV


Une fois n'est pas coutume, animation en boutique. Je n'en fais pas souvent, ça change. Et en même temps, ça ne change pas grand-chose : Johan, ses dés et ses petits bouts de papier, qui rameute le bon peuple en lui proposant des parties horrifiques en un quart d'heure. Souvent, c'est non. Des fois, c'est oui. À partir de quatre ou cinq oui d'affilée, pof, une démo. Business as usual.

Or donc, j'ai passé mon après-midi à recruter et mener, dans le coin de Starplayer où s'entasse le stock de manuels et de figs Warhammer. Totalement mon élément. ^^ Quatre parties très sympa, assez représentatives de la clientèle de la boutique : quelques rôlistes, une grosse majorité de gamers tout terrain, et même des novices, dont un gamin de huit ans. Deux Overlord (la valeur sûre), un Camlann (because le gamin) et un Grimmies (pour me délasser un petit poil les neurones en fin de journée). Ce fut fun et jeune !

Merci tout plein à Eric et à l'ensemble du staff Starplayer leur gentillesse, leur soutien et leur accueil chaleureux.


Mon body count

4 parties, 17 joueurs, 15 morts
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir Sombre sur Tipeee
+ Commander des numéros de la revue
Avatar de l’utilisateur
Johan Scipion
 
Messages: 555
Inscrit le: 05 Juil 2005 01:13
Localisation: IdF

PrécédentSuivant

Retour vers Horreur-fantastique

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité