Présentation du Candidat : Dragan Ristic

Bonjour.

Je fais suite à nos différents échanges et la visio du 02 avril pour confirmer mon souhait de participer au CA de la FFJDR

Qui suis-je ?

Dragan Ristic, rôliste de longue date et auteur d’un jdr de médiation culturelle, lié à l’histoire de l’art de notre monde. Dans ma pratique du jdr, j’initie régulièrement des débutants et je m’applique à constituer des tables mixtes, avec autant de joueuses que de joueurs. Je pense avoir une bonne compréhension des bonnes pratiques puisque j’ai mené à leur terme trois campagnes successives (2 fois 3 ans et la dernière de 5 ans) avec des tables chaque fois renouvelées. Le plaisir est pour moi le maître mot de notre activité ludique, avec l’envie d’explorer plus loin la fiction et le ressenti. J’ai une vision large du jdr, des systèmes conventionnels jusqu’à des jeux très différents et je suis de près les recherches sur notre média. Enfin, je suis toujours disponible pour aider, dialoguer et partager.

Ce que je peux apporter :

1/ Je suis organisé et rigoureux. D’humeur égale, je garde mon sang-froid face aux trolls qui font aussi partie du paysage rôliste. Ce qui m’importe vraiment, c’est de promouvoir le jeu de rôle qui est à mes yeux le meilleur des médias et qui a positivement changé ma vie depuis l’ adolescence.

2/ Du côté des projets, j’aurais à cœur de donner la parole à des acteurs du monde rôliste, sans privilégier les ténors déjà bien connus. Associations, auteurs et autrices indépendantes, actions auprès des jeunes, des handicapés ou des personnes isolées sont autant d’interlocuteurs intéressants à faire découvrir et certainement, voire agrandir leur nombre. Cela pourrait prendre la forme d’une interview vidéo mensuelle ou bi-mensuelle.

3/ Par ailleurs, ayant constaté l’impact positif de la médiation via le jeu de rôle, je souhaite promouvoir le jeu de rôle dans l’enseignement et les lieux culturels comme les musées et davantage de bibliothèques, des compléments très intéressants aux ludothèques.

4/ La transmission et la communication sont des domaines très importants à mes yeux, aussi je pourrais effectuer des relectures d’articles de fond, tout comme je pourrais en rédiger certains.

5/ Il y a des domaines que je connais peu. Pratiquer de longue date ne m’affranchit pas du plaisir de découvrir des nouvelles utilisations du jdr et de développer de nouvelles compétences.

De fait, j’aurais plaisir à participer à des projets non cités ci-dessus tout en apprenant !

Dragan.

Voici la présentation d’une partie des candidats au CA de la FFJDR pour 2021/2022, animée par Diane d’Esposito, chargée de com pour la FFJDR 00:29​ : Jean Chérèze 02:55​ : Victor Sorba 05:36​ : Vincent Hubert 08:45​ : Dragan Ristic 14:52​ : Quelle est votre position vis à vis du JDR ? 21:03​ : Quelles sont les limites du JDR ? 27:28​ : MJ Pros et FFJDR, quels liens ? 44:25​ : le mot de la fin

Salut,

C’est quoi tes idées pour promouvoir le jeux de rôles exactement?

D’abord être sincère.

Dis comme ça, ça à l’air simplet mais c’est la vérité. J’ai un amour immodéré pour le jeu de rôle qui est à mes yeux le plus beau des médias. Et quand je dis être sincère, c’est simplement partager le bien que cela peut apporter et le bien que cela m’apporte. J’écris, je joue, je fais jouer. On connait déjà le transport que nous donne une fiction comme un bon film ou un bon livre. Avec le jeu de rôle, on va encore plus loin, on développe l’imagination, la créativité, la mémoire, la connaissance, la sensibilité, l’écoute, la prise de parole, le calcul mental, la lecture, l’écriture, le sang-froid et même parfois les langues étrangères.

Maintenant, d’un point de vue pratique, je participe tous les mois à la semaine d’Opale Roliste dédiée aux débutants pour faire découvrir le jeu de rôle. J’accueille régulièrement à ma propre table des débutants qui ne ressentent pas un décalage avec ceux qui seraient des « anciens ». Cela passe par un accompagnement bienveillant pour ne pas doucher les rôlistes en devenir avec des considérations techniques pesantes ou être vigilant à réguler les « anciens » qui voudraient prendre le lead sur l’histoire et le jeu collaboratif.

Je ne perds pas une occasion de parler de la pratique du jeu de rôle, y compris aux sceptiques et j’initie tous ceux qui voudrait essayer.

Pour bien parler du jdr, il faut connaitre le jeu de rôle dans ses différents aspects. On est plus à l’ère du LNS. Je suis de près les évolutions du jdr et des groupes comme C’est pas du JDR ou les Courants Alternatifs qui ne sont pas en reste pour échafauder des théories cossues et expérimenter de nouvelles approches. Je ne juge ni les pratiques ni les pratiquants même si je n’approuve pas les coups de griffes gratuits. Je n’ai pas pu louper tous les procès d’intention contre la FFJDR mais non, je serais toujours du coté de ceux qui agissent (même si ce n’est pas toujours parfait mais y’a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais) que du coté de ceux qui critiquent.

Je consacre déjà beaucoup de temps au jdr bien que ce ne soit pas évident à cause (ou grâce ^^) à mes jeunes enfants. Si je rejoins le CA de la FFJDR, je passerais moins de temps sur mes propres projets mais ce n’est pas un problème, au contraire. Encourager, aider les projets les autres est très enrichissant. Comme je suis organisé, je vais au bout de mes engagements. Et si quelqu’un est motivé dans un projet mais sait qu’il est un peu bordélique, je peux l’aider à tenir le cap et ses délais.

Parmi les axes de promotion du jeu de rôle, je me suis rendu compte que la mémorisation par le jeu était très efficace. Je me suis fait une spécialité avec le jeu de rôle historique avec d’excellents résultats pour les joueurs et joueuses, moi compris (gain de connaissances/plaisir ludique). Adapté à différentes public comme les plus jeunes, le jeu de rôle peut être un outil d’enseignement incroyable, en plus des bienfaits d’une activité sociale de groupe. Si on démontre que le jeu de rôle instruit positivement (alors qu’on a voulu faire croire à une époque que c’était dangereux), cela contribuerait à le démocratiser plus encore.

Enfin, je pense qu’il faut libérer la parole et donner de la visibilité. Il y’a beaucoup de clubs, d’associations, d’auteurs et d’autrices en herbe qu’on doit découvrir et mettre en valeur !

(Et sinon, je peux être concis s’il le faut)

Dragan

1 J'aime